Atteints par une maladie vieille de 60 millions d’années

0

La queue fossilisée d’un jeune dinosaure ayant vécu dans les prairies du sud de l’Alberta contient les restants d’une tumeur vieille de 60 millions d’années. La maladie qui a provoqué son apparition est cependant toujours présente… et douloureuse.

Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv, dirigés par la Dre Hila May, du département d’anatomie et d’anthropologie, ont identifié cette tumeur bénigne comme faisant partie de la HCL, la histiocytose des cellules de Langerhans, une maladie rare et parfois douloureuse qui affecte toujours des humains, particulièrement les enfants de moins de 10 ans.

Les travaux ont été publiés le 10 février dans la publication Scientific Reports.

« Mes collègues ont découvert quelque chose d’inhabituel dans une vertèbre de la queue d’un jeune dinosaure qui appartenait à une espèce herbivore répandue il y a de 66 à 80 millions d’années », explique la Dre May. « Il y avait d’importantes cavités dans deux segments de vertèbres, qui ont été déterrés dans le Dinosaur Provincial Park, dans le sud de l’Alberta. »

C’est la forme spécifique des cavités qui a attiré l’attention des chercheurs.

« Elles étaient extrêmement similaires aux cavités produites par les tumeurs associées à la HCL qui existe toujours chez les humains, aujourd’hui », ajoute la Dre May. « La plupart des tumeurs liées à HCL, qui peuvent être très douloureuses, apparaissent soudainement dans les os d’enfants âgés de 2 à 10 ans. Heureusement, ces tumeurs disparaissent sans qu’une intervention soit nécessaire dans la plupart des cas. »

Les vertèbres de dinosaures ont été transportées pour être examinées à l’aide d’un appareil de résonance magnétique spécialisé.

« Ces procédures produisent des images très précises, avec des détails de parfois quelques microns seulement », indique la Dre May. « Nous avons analysé la vertèbre de dinosaure et créé une reconstruction numérique en trois dimensions de la tumeur et des vaisseaux sanguins qui l’alimentaient. Les analyses micro et macro ont confirmé qu’il s’agissait bien de la maladie HCL. C’est la première fois que cette maladie est identifiée chez un dinosaure. »

Selon la chercheuse, la découverte surprenante indique que la maladie n’est pas unique aux humains, et qu’elle se perpétue depuis plus de 60 millions d’années.

« Ce genre d’études, qui sont maintenant possibles en raison de nouvelles technologies, représentent une contribution importante à la médecine évolutionnaire, qui est un champ d’étude relativement nouveau qui se penche sur le développement et le comportement des maladies sur une période de temps », mentionne un autre membre de l’équipe de recherche, le professeur Israel Hershkovitz. « Nous tentons de comprendre pourquoi certaines maladies traversent le processus d’évolution, en gardant un oeil sur ce qui entraîne leur apparition, afin de développer de nouvelles méthodes pour les traiter. »


Autres contenus:

Les chimpanzés pourraient avoir développé une résistance contre l’ancêtre du VIH

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre