Doctor Sleep: éloge de la suite

1

En plus de proposer une suite inattendue au film The Shining, le réalisateur Mike Flanagan parvient à réconcilier une fois pour toutes la vision de Stephen King et celle de Stanley Kubrick avec Doctor Sleep, disponible dès aujourd’hui en 4K, Blu-ray et DVD.

Traumatisé par les événements de l’Hôtel Overlook, où son père a tenté de tuer sa mère et lui à coups de hache, le pauvre Danny Torrance a passé une bonne partie de sa vie adulte dans l’alcoolisme et la déchéance. Sobre depuis maintenant huit ans, il travaille comme préposé aux bénéficiaires dans un hospice, et utilise ses talents psychiques pour accompagner les mourants vers une fin paisible, ce qui lui a valu le surnom de Docteur Sleep. Un jour, il se découvre un lien télépathique avec Abra Stone, une adolescente possédant elle aussi le « Don », et à l’instar de Dick Halloran, le concierge de l’Overlook jadis, Danny décide d’aider la jeune fille à maîtriser ses pouvoirs, mais il devra se transformer en protecteur et affronter ses propres démons lorsque son élève se voit menacée par un groupe de sombres voyageurs qui torturent les enfants « spéciaux »  comme elle afin de se repaître de leur essence.

La pochette du boîtier

Malgré la présence de Danny Torrance (et bien que son récit prenne place dans le même univers), Doctor Sleep n’est pas vraiment la suite de The Shining. Racontant une histoire originale qui s’articule autour d’un groupe d’immortels se nourrissant de l’essence des enfants doués de pouvoirs paranormaux, l’intrigue se concentre surtout sur la jeune Abra, mais le long-métrage contient quand même une tonne de références au film culte de Stanley Kubrick. Le réalisateur Mike Flanagan reproduit plusieurs éléments iconiques de l’adaptation cinématographique de 1980, du motif du tapis de l’Hôtel en passant par le labyrinthe enneigé, le fameux « redrum » ou le fantôme lugubre des deux jumelles, le tout dans une fidélité déconcertante qui donne souvent l’impression qu’il s’agit des séquences originales.

Grâce à son histoire complexe et prenante, même la version du réalisateur de Doctor Sleep (d’une durée de trois heures) ne compte pas de longueurs. Piano hanté, cuillères flottant au plafond, tableau noir servant à la communication à distance, le film mise davantage sur la subtilité que les tactiques de peur éculées, et s’avère plus proche du thriller surnaturel à la Sixth Sense que de l’horreur, ce qui le rend très accessible au grand public. Sans être Kubrick, la réalisation de Mike Flanagan fait preuve d’une belle inventivité. En présentant une scène de vol au-dessus de la ville d’un point de vue vertical plutôt qu’horizontal par exemple, il crée un effet saisissant, et jamais vu. Il utilise aussi des battements de cœur qui accélèrent ou ralentissent pour créer de la tension, une formule redoutablement efficace.

Image tirée du film

Acteur de talent, Ewan McGregor ne déçoit pas dans la version adulte de Danny Torrance, et Rebecca Ferguson (Rose The Hat) insuffle beaucoup de fraîcheur au stéréotype de la vilaine sorcière, mais la révélation de Doctor Sleep est assurément Kyliegh Curran, la jeune interprète d’Abra Stone, et il ne serait pas étonnant de la voir reprendre le rôle pour une autre film, une possibilité que laisse d’ailleurs entrevoir Stephen King et Mike Flanagan dans le matériel supplémentaire. Pour les scènes s’inscrivant dans la continuité de The Shining, la production a mis le paquet afin de dénicher non pas des sosies parfaits, mais des gens dont la physionomie évoque immédiatement celle des acteurs originaux : Alex Essoe pour Shelley Duvall, Carl Lumbly pour Scatman Crothers, et un Henry Thomas méconnaissable pour le Jack Nicholson de 1980.

L’édition haute définition de Doctor Sleep inclut deux disques au format Blu-ray, l’un contenant la version du réalisateur et l’autre la version théâtrale, ainsi qu’un code donnant accès à une copie numérique. Du côté du matériel supplémentaire, on a droit à un Making Of d’une quinzaine de minutes nous entraînant dans les coulisses du tournage, ainsi que deux courtes revuettes. Mike Flanagan et Stephen King lui-même parlent de l’évolution de l’univers et des différences entre le récit original et cette suite dans la première, tandis que la seconde se consacre à la minutieuse reproduction de l’Hôtel Overlook, reconstruit à partir des plans originaux de Kubrick.

Les suites cinématographiques se contentent souvent d’étirer la sauce sans trop changer les ingrédients, mais ce n’est pas le cas du Doctor Sleep de Mike Flanagan, qui réussit à rendre hommage à l’univers du film The Shinning, tout en l’emmenant ailleurs.

8/10

Doctor Sleep

Réalisation : Mike Flanagan

Scénario : Mike Flanagan (d’après le roman de Stephen King)

Avec : Ewan McGregor, Rebecca Ferguson, Kyliegh Curran, Cliff Curtis, Zach McClarnon, Emily Alyn Lind et Henry Thomas

Durée : 152 minutes (180 minutes pour la version du réalisateur)

Format : Blu-ray (+ copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Autres contenus:

Motherless Brooklyn: quand Chinatown rencontre Rain Man

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Doctor Sleep - Patrick Robert

Répondre