De la poussière ancestrale venue des étoiles

0

Le matériau le plus ancien de la Terre ne vient pas de la Terre: c’est de la poussière contenue dans une météorite, qui s’est révélée être plus vieille que le système solaire lui-même. 

Ces grains sont à l’intérieur de la météorite de Murchison, une grosse pierre de 100 kilos tombée en Australie il y a 50 ans. On la savait déjà très vieille et elle doit sa célébrité au fait qu’à l’époque, on avait été surpris d’y découvrir des « briques » de base de la vie —dont des acides aminés— accréditant l’idée que la vie était un processus courant dans le cosmos.

Mais l’analyse de grains de poussière enfermés à l’intérieur a révélé un âge de 7 milliards d’années —soit 2 milliards et demi de plus que notre planète. Accessoirement, les chercheurs se vantent d’avoir ainsi analysé le matériau solide le plus ancien jamais analysé dans un laboratoire. Leur texte est paru le 13 janvier dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les astronomes écrivent souvent que les météorites et les comètes sont des témoins des tout premiers âges de notre système solaire. Mais dans ce cas-ci, on parle donc de témoins d’une autre étoile —une étoile qui a peut-être explosé en éjectant des tonnes de matière, dont des fragments se sont peu à peu agglomérés pour former, entre autres, ces grains de poussière.

Pour les experts: ce sont les niveaux de néon-21 contenus dans des dizaines de ces grains qui trahissent leur âge. Le néon-21 se « construit » sous l’effet d’un bombardement de particules à très hautes énergies dans l’espace interstellaire. Plus élevée est la concentration de néon-21 et plus longtemps « son » grain de poussière a erré entre les étoiles. Vraisemblablement jusqu’à ce qu’il soit happé et emprisonné dans quelque chose de plus gros, peut-être pendant la formation de notre système solaire.


Autres contenus:

La danse des lunes

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre