Quelle sorte de Japonais?

0

Près de 50 ans après sa publication originale, Notes d’Okinawa, de Kenzaburō Ōe, est traduit en français aux éditions Picquier. Il s’agit d’un objet rare qui prend sans doute un intérêt particulier, cinquante ans après les faits: la rétrocession de l’archipel des Ryukyu au Japon après l’occupation américaine, de 1945 à 1972.

L’auteur partage ses réflexions sur les événements passablement troublants qui ont entouré le retour d’Okinawa dans le giron japonais. Son regard est tantôt sociologique, tantôt politique, tantôt militaire, parfois même culturel, mais, avant tout personnel.

La couverture du livre

En tant que Japonais d’Hondo, il pose un regard extérieur, mais si peu, sur le drame d’Okinawa, dès la célèbre bataille et jusqu’aux négociations et aux tromperies dont ont été victimes les Okinawaiens autant de la part des Américains que de celle de leur propre premier ministre. Il examine avec philosophie, différents écrits et prises de parole des chantres de la rétrocession. Et, sur une base plus personnelle, il se pose deux questions fondamentales: Qu’est-ce qu’un Japonais? Et puis-je devenir un autre Japonais que ce Japonais-là?

Cette dernière réflexion rappelle le questionnement qu’ont connu les citoyens allemands à la suite de l’holocauste et le même malaise profond est perceptible.

Le tout est traité dans un style rigoureux, plein d’hésitations philosophiques et de détails très précis qui démontrent bien l’ampleur du travail de recherche. On ne reçoit pas un prix Nobel pour rien. À lire dans un environnement sans distraction.


Autres contenus:

Je lis la science — 10 fictions climatiques

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre