Foirée montréalaise: pour le plaisir de fêter Montréal et sa population

0

Un territoire particulier avec les vraies personnes qui y vivent : c’est ce que célèbre Foirée montréalaise, ce rendez-vous annuel donné au théâtre de La Licorne par la compagnie de théâtre Urbi et Orbi à un public qui aime les fêtes d’antan, mais qui sont ancrées dans le ici et le maintenant.

Cette année, pour cette cinquième édition de Foirée montréalaise, c’est l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG pour les intimes) qui est à l’honneur, un quartier plein de couleurs et de contrastes, rempli de personnes attachantes et d’institutions essentielles, encore présentes ou disparues.

Qui n’a pas vécu, étudié, aimé, mangé ou simplement traîné, pour une raison ou pour une autre, quelque part dans les rues du quartier Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce? Lieu de multiples institutions de santé (Hôpital juif, Sainte-Justine, St. Mary…), de l’Université de Montréal avec HEC, Polytechnique… et son immense campus, de l’Oratoire Saint-Joseph que l’on peut presque apercevoir de la lune) et du cimetière (encore plus grand), du musée de l’Holocauste et d’un foisonnement de restaurants (de chez Vito à l’orange Julep), de centres d’achats et de parcs… ce quartier comprend une population issue du monde entier et aussi du Québec, naturellement.

Ainsi, Foirée montréalaise relève le défi de présenter la géographie humaine de ce quartier dont on apprend tant de choses qu’on ignorait, et ce par la prestation de dix artistes talentueux qui chantent, qui dansent et qui jouent de la musique. Les textes des chansons sont à écouter, mais surtout les histoires touchantes dans lesquelles les acteurs qui se transforment en conteurs mettent tout leur cœur et leurs émotions. La plupart des histoires (sortes de contes urbains) sont sans doute autobiographiques, c’est du moins ce que l’on ressent. Et elles permettent de dresser un panorama passionnant du quartier que l’on connaît déjà, mais qu’on a l’impression de redécouvrir grâce à ceux qui nous les content.

La soirée ressemble davantage à un party auquel les spectateurs sont invités. On leur propose d’ailleurs à boire, à grignoter et à participer s’ils le souhaitent. Quand ils arrivent, ils sont accueillis personnellement dans une fête qui a déjà commencé, et ils sont sans doute déjà nostalgiques de repartir à la fin parce qu’ils auraient aimé qu’elle se poursuive encore et encore…

Après tout, la qualité des artistes est de rendre la fête est à la fois très joyeuse, chaleureuse et pleine d’amour. Les spectateurs, même lorsqu’ils demeurent silencieux dans leur fauteuil, participent forcément – au moins mentalement – au spectacle en pensant et repensant à leur propre vécu en rapport avec le quartier.

Foirée montréalaise est un rendez-vous annuel de la période des fêtes que je ne veux surtout pas manquer. Je l’ai adoré dès ma première participation et j’espère que le théâtre Urbi et Orbi inventera d’autres formules après celle-ci pour offrir à son public ce party délicieux et qui remplit d’énergie et de chaleur en cette période de froid…

Foirée montréalaise, du 3 au 21 décembre 2019 à La Licorne.

Production: Théâtre Urbi et Orbi en codiffusion avec La Manufacture

Textes: Pascal Contamine, Karine Cousineau, Isabel Dos Santos, Ariel Ifergan, Louis-Dominique Lavigne, Joël Nawej, Julie Renault-Roy, Emmanuel Schwartz, Andréanne Théberge et Davyd Tousignant

Mise en scène: Martin Desgagné

Avec: Isabel Dos Santos, Ariel Ifergan, Louis-Dominique Lavigne, Joël Nawej, Julie Renault-Roy, Andréanne Théberge et Davyd Tousignant


Autres contenus:

Inside, quand la routine occupe l’espace existentiel

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Répondre