The Pit: Infinity, la lente descente aux enfers

0

Mais qu’allions-nous faire dans cette galère? Il ne fait nul doute que les développeurs de Kerberos Production aiment leur univers d’un amour éternel, mais avec cette nouvelle itération du jeu The Pit, ici transformé en un jeu de tir à la première personne aux accents rogue-lite, on peut se demander si cet amour ne tient pas plutôt de l’obsession.

Sur une planète désolée, on trouve The Pit, un gigantesque bunker dont personne n’est encore ressorti vivant. Il faudra pourtant y pénétrer, pour tenter d’y découvrir un possible remède à une maladie qui décime la population humaine de l’endroit. Saurez-vous survivre jusqu’à percer les mystères du 30e niveau de cette structure d’origine extraterrestre?

Sorti en 2013, The Pit, premier du nom, est un jeu d’exploration et d’aventure en vue du dessus, et qui adoptait un style visuel quelque peu cartoonesque. Difficile, certes, mais aussi hautement enlevant et intriguant, le jeu est toutefois demeuré dans l’obscurité. Il faut dire que Kerberos Productions n’a jamais été un grand studio, et si Sword of the Stars, le jeu 4X paru en 2006, a établi l’univers au sein duquel évoluent depuis toutes les autres productions du groupe, nous sommes malheureusement loin d’une saga attirant des millions de joueurs. Un avantage sur le plan créatif, peut-être, mais aussi un frein, puisqu’il est clair et net que les ambitions du studio dépassent de loin ses moyens.

Voilà donc The Pit: Infinity, version remaniée du jeu original, si l’on peut dire. Disparus, la vue du dessus et le style cartoonesque. Place à un jeu à la première personne, avec des événements se déroulant en temps réel plutôt qu’en temps différé, et au style résolument plus moderne qui évoque un peu Doom 3. Une bonne chose, sans doute, pour ceux qui sont plus frileux à l’idée de sortir du style traditionnel des FPS. Et comme les autres mécaniques d’exploration, de génération aléatoire et d’équilibre parfois ténu entre les risques et les récompenses obtenues ont été conservées, l’on pourrait penser que cette nouvelle version éclipse la première. Il n’en est malheureusement rien.

Oui, bien sûr, on se plaira à tenter d’explorer les corridors mystérieux du bunker abandonné, risquant à chaque instant de tomber dans un piège, ou de constater que ses compétences sont insuffisantes pour accomplir une tâche spécifique… Mais le jeu, qui est encore en accès anticipé, a clairement besoin de temps pour être à la hauteur des attentes. L’écran d’introduction, par exemple, nous jette à la tête un texte uniquement écrit en majuscules, le tout accompagné d’un son particulièrement criard qui casse les oreilles. Une broutille, sans doute, mais cela se combine aussi à une interface utilisateur franchement hideuse. Puisque le jeu s’appuie sur des mécaniques tirées des jeux de rôle sur table, avec moult lancers de dés et autres lois des probabilités, l’écran sera constamment saturé de nombres de toutes sortes: points de dégâts, points de vie, chances de réussir une action, nombre de munitions restantes… On en vient à ne plus savoir où donner de la tête.

Idem pour l’idée d’ajouter animations d’ouverture de portes, d’utilisation de pavés tactiles, ou encore de fouille dans des tas de déchets pour y trouver des objets intéressants. À la base, ce n’est pas inutile, mais cela ressemble à s’y méprendre aux animations de fouille des corps des ennemis dans les jeux Ubisoft, par exemple: très rapidement répétitifs, ces gestes sont ici effectués trop rapidement, avec des mouvements brusques qui donnent le tournis. Était-ce trop simple d’afficher une simple barre de progression à l’écran?

The Pit: Infinity a du potentiel. Mais, dans l’état actuel des chose, le jeu n’est clairement pas terminé, et si les mécaniques de base sont bien là, la présentation visuelle et l’aspect « externe » du produit laissent franchement à désirer. À mettre de côté. Du moins, pour l’instant.

The Pit: Infinity

Développeur et éditeur: Kerberos Productions

Plateforme: Windows (Steam)

Jeu non disponible en français


Autres contenus:

La bonne fortune de l’industrie canadienne du jeu vidéo

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre