Synthetik, la guerre entre robots

0

Serez-vous en mesure de détruire Armageddon, une intelligence artificielle lancée dans une quête cataclysmique pour faire disparaître ce qu’il reste d’humanité? Lancé en mars 2018, Synthetik: Legion Rising est un fantastique jeu de tir rogue-lite qui saura convaincre non seulement les amateurs d’action, mais aussi les tenants des titres à la difficulté tout juste assez élevée pour être prenante, sans être écrasante.

L’idée est simple: se téléporter dans une zone, généralement aux allures d’entrepôt ou d’usine, puis faire son chemin vers le téléporteur de sortie, généralement en détruisant tout sur son passage. L’intérêt, en fait, se trouve du côté du fonctionnement et de l’impact des différentes armes à feu qu’il sera possible d’utiliser, et du comportement des ennemis.

En utilisant l’une des différentes classes de personnage mises à la disposition du joueur – avec les variations classiques du tireur d’élite, du combattant au corps à corps, de l’agresseur blindé, etc., chacune ayant ses avantages et sa façon de jouer –, il faudra donc passer à travers des hordes d’ennemis dont les différentes stratégies nécessiteront d’agir parfois avec doigté, parfois en vidant un chargeur complet dans la tête d’un assaillant robotique. En vue du dessus, il est généralement facile de viser et d’attaquer ses adversaires, à l’exception des moments où cet angle de vue fait en sorte que les projectiles rebondissent sur les éléments du décor. Fort heureusement, les boîtes, réservoirs, murets et autres obstacles bloquent autant les tirs ennemis que les vôtres. Et loin d’être le genre de jeu où l’on fonce en tirant dans le tas, Synthetik privilégie très fortement la tactique. D’abord, parce que les armes sont justement généralement conçues pour souffrir d’un important recul lorsque la gâchette est enfoncée trop longtemps. Ensuite, parce que les ennemis sont nombreux, et que le bouclier et l’armure du joueur ne feront pas long feu si l’on se la joue Call of Duty.

Non, ce titre fait appel à toute la finesse dont il est possible de disposer. S’il sera parfois nécessaire de sélectionner rapidement la mitrailleuse lourde pour faire le ménage et s’extirper d’une situation difficile, généralement, un simple pistolet, ou une arme équivalente, sera suffisante pour venir à bout des fantassins peu téméraires ou des tireurs embusqués qui regardent heureusement dans la mauvaise direction.

En s’appuyant sur une excellente trame sonore aux accents fortement électroniques – le contraire eût été étonnant, après tout! – et sur une série d’améliorations qu’il est possible de déverrouiller à mesure que l’on gagne des points d’expérience et que l’on monte éventuellement de niveau, Synthetik surprendra d’abord par sa difficulté, ne serait-ce, entre autres, parce qu’il faudra utiliser deux touches différentes pour recharger son arme, y compris une touche pour éjecter le chargeur vide avant d’en insérer un autre. On s’habitue toutefois rapidement aux côtés un peu procéduriers du jeu, et cette attention accordée aux détails s’avère être partie intégrante du plaisir que l’on tire d’une partie endiablée de Synthetik. S’il est fort probable que l’on ne parviendra jamais au niveau final, pour tenter de détruire cet Armageddon tant redouté, la difficulté du jeu étant probablement ajustée pour deux joueurs – le titre est vendu comme une aventure coopérative –, on se prendra à plonger et replonger dans cet univers particulièrement rapide, violent et jouissif, afin d’en tenter d’en percer un jour les secrets.

À essayer absolument.

Synthetik: Legion Rising

Développeur et éditeur: Flow Fire Games

Plateforme: Windows (Steam/GOG, testé sur Steam)

Interface du jeu disponible en français


Autres contenus:

Viser dans le mille, avec Call of Duty: Modern Warfare

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre