Politique et religion ne font plus bon ménage chez l’Oncle Sam

0

Les États-Unis ont beau imprimer « In God We Trust » sur leurs billets de banque, la religion serait en perte de vitesse chez nos voisins du Sud, selon une nouvelle enquête du Pew Research Center. De façon encore plus significative, de plus en plus d’Américains jugent que le sentiment religieux est de moins en moins influent dans la sphère publique… un phénomène qui demeure largement considéré comme étant négatif.

Ce qui ressort aussi de l’enquête, c’est que les Américains souhaitent très largement que la religion soit maintenue à distance de la politique. Cette conclusion peut surprendre, alors que les dirigeants et les élus, à quelque palier que ce soit, utilisent bien souvent leur foi pour tenter d’obtenir les voix des électeurs plus religieux, ou pour justifier leurs actions. On ne compte plus, après tout, les candidats électoraux disant avoir reçu « l’appel divin » pour se lancer dans la course.

Pourtant, environ les deux tiers des personnes sondées dans le cadre de l’enquête du Pew Research Center estiment que les Églises devraient se tenir loin de la politique, alors qu’à l’opposé, 36% des répondants pensent plutôt que les divers lieux de culte devraient exprimer leur avis sur les enjeux sociaux et politiques de tous les jours.

Par ailleurs, les participants à l’enquête estiment, à 37%, que l’Église a une trop grande influence en politique, comparativement à 34% qui jugent que l’influence actuelle est suffisante, et 28% qui souhaiteraient que la religion exerce une influence plus importante.

Cette tiédeur face à l’implication de l’Église ne s’étend toutefois pas jusqu’à l’implication des organisations religieuses dans d’autres domaines de la vie publique, notamment en matière d’implication caritative et de programmes d’aide. Ainsi, 55% des Américains jugent que l’Église « fait plus de bien que de mal », alors qu’ils sont 53% à penser que la religion « renforce la moralité de la société » et rapproche les individus (50%).

D’ailleurs, la perte d’influence de la religion dans la société américaine est perçue comme un phénomène négatif par environ 40% des adultes américains, ainsi que par une majorité de chrétiens. Moins de 20% des adultes jugent plutôt que cette transformation est positive.

Des partis favorables à l’Église

L’enquête du Pew Research Center mentionne également qu’un peu plus de la moitié des adultes américains (54%) jugent que le Parti républicain est favorable à la religion, alors que l’administration du président Donald Trump, elle, n’est perçue comme telle que par 47% des répondants.

Le Parti démocrate, lui, ne suscite la même opinion que chez 48% des répondants, possiblement un reflet des valeurs traditionnelles des organisations religieuses qui entrent peut-être davantage en conflit avec l’approche davantage progressiste du Parti démocrate, y compris son soutien au droit à l’avortement et au mariage entre conjoints de même sexe.


Autres contenus:

Des algorithmes à la chasse à la fraude électorale

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre