Solios, la montre verte

0

Il y a quelque chose de particulièrement intéressant lorsque l’on est en mesure de mettre la main sur non seulement un bel objet, mais également un produit qui fonctionne, tout simplement. L’entreprise montréalaise Solios, avec ses montres solaires écoresponsables, propose justement de tels produits.

Une montre, c’est bien entendu d’abord une façon de connaître l’heure qu’il est, et il est fort possible de passer sa vie à utiliser des montres coûtant quelques dollars pièce, ou encore d’utiliser son téléphone comme une horloge, à l’image des barbares lors de la chute de l’Empire romain, au 5e siècle de notre ère.

Mais une montre, c’est aussi une déclaration publique en termes de style, de design, de goût, et parfois même de luxe. Du clinquant bracelet en or au charme plus discret du cuir, du cadran numérique aux aiguilles tournant au coeur d’un espace vide, les options sont nombreuses.

Ici, Solios a choisi la simplicité: un cadran avec aiguilles sur fond noir, le tout au sein d’un espace suffisamment grand pour éviter l’impression de surcharge visuelle.

Cette simplicité cache cependant quelques secrets. D’abord, comme l’entreprise le mentionne largement, les montres Solios sont à énergie solaire. Pas besoin, donc de changer la pile au cour de la durée de vie de la montre. Durée de vie qui est forcément largement prolongée par l’élimination de cette maintenance autrefois essentielle. Ce choix technologique, forcément plus complexe qu’une pile traditionnelle alimentant un quartz, s’inscrit dans un contexte d’écoresponsabilité. Du cuir synthétique sans peau animale pour certains bracelets à une coloration « responsable » et « ionique » des métaux employés dans la fabrication des montres, en passant par l’emballage recyclable, tout est mis de l’avant pour jouer l’aspect « vert » de l’objet. Chapeau, d’ailleurs, au manchon de carton non seulement recyclable, mais pouvant carrément être planté dans le sol pour y faire pousser un arbre.

L’idée, avec le modèle comportant un bracelet en métal, d’utiliser un aimant comme fermoir, plutôt que de choisir un système traditionnels de trous, ou encore de forcer l’utilisateur à ajuster le nombre de mailles dans un bracelet qui a la fâcheuse tendance à pincer les poils autour du poignet, est également particulièrement bien trouvée. On déplorera cependant que le concept même fait toutefois en sorte de « pousser » le bracelet à se relâcher en cas de mouvements brusques, l’aimant ayant tendance à glisser légèrement le long du bracelet.

Ceci étant dit, la montre Solios est un peu bijou de style. Non seulement léger, mais aussi discret et possédant un charme épuré particulièrement apprécié, l’objet touche la cible, ce point milieu entre le chic et l’ostentatoire.

Tout cela a cependant un coût: à 335$, la montre Solios n’est pas pour toutes les bourses. Il faut cependant se demander quel est le juste prix pour un objet de luxe, certes, mais qui comporte son lot d’innovations, en plus d’être franchement agréable à porter.


Autres contenus:

Utiliser la dynamique des fluides pour perfectionner la cuisson des crêpes

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre