Nos cousins les singes sont plus intelligents que nos ancêtres

0

Une nouvelle étude de l’Université d’Adélaïde, en Australie, suggère que les grands singes vivant aujourd’hui sont plus intelligents que ne l’étaient les Australopithèques, un groupe de nos ancêtres pré-humains qui incluait la célèbre Lucy.

Les travaux, menés en collaboration avec l’Evolutionary Studies Institute de l’Université de Witwaterstand, et publiés dans Proceedings of the Royal Society B, contredit l’idée voulant que les Australopithèques, avec leur cerveau plus volumineux que celui des grands singes contemporains, étaient plus intelligents.

L’étude a mesuré le flot sanguin dans la section cognitive du cerveau, en fonction de la taille des trous, dans le crâne, par où passaient les artères principales. Cette technique a été calibrée chez les humains et d’autres mammifères, et appliquée aux crânes de 96  grands singes et à 11 fossiles de crânes d’Australopithèques.

Le principal chercheur de l’étude, le professeur Roger Seymour, de l’École des sciences biologiques de l’Université d’Adélaïde, affirme que les résultats indiquent que ce flot sanguin était plus importants chez certains grands singes que chez les Australopithèques.

« Les résultats étaient inattendus, aux yeux des anthropologues, parce qu’il était généralement tenu pour compte que l’intelligence est directement reliée à la taille du cerveau », a-t-il dit.

« Au départ, la taille du cerveau semble être un point de référence raisonnable, puisqu’il s’agit d’une mesure du nombre de cellules cérébrales, les neurones. Cependant, la cognition s’appuie non seulement sur le nombre de neurones, mais également sur le nombre de connexions entre eux, les synapses. Ces connections gèrent le flot de l’information à l’intérieur du cerveau, et une plus grande activité synaptique entraîne un meilleur traitement de l’information. »

Le cerveau humain consacre 70% de son énergie à l’activité synaptique, et cette quantité d’énergie s’appuie sur un flot sanguin équivalent pour fournir l’oxygène nécessaire. Bien que le cerveau ne compte que pour 2% du poids de notre corps, il consomme de 15 à 20% de notre énergie et nécessite environ 15% du sang pompé par le coeur.

Comme le mentionne le professeur Seymour, les grands singes sont connus comme étant très intelligents, et cela comprend entre autres le gorille Koko, qui a appris à utiliser plus de 1000 signes pour communiquer; un chimpanzé appelé Washoe qui a appris environ 350 signes, et Kanzi, un bonobo qui a non seulement réussi à comprendre relativement bien l’anglais et la syntaxe de cette langue, mais qui fabriquait aussi des outils en pierre.

« Comment l’intelligence des grands singes contemporains se compare-t-elle à nos ancêtres d’il y a trois millions d’années, les Australopithèques comme Lucy? Les grands singes non-humains ont des cerveaux plus petits ou de la même taille que ceux de nos ancêtres. Cependant, l’étude démontre que le flot sanguin de nos ancêtres était bien moindre que celui mesuré chez les primates contemporains. En fonction des estimations, le flot sanguin dans le cerveau de Koko aurait été le double de celui de Lucy, ce qui porterait à croire que le singe était plus intelligent. »


Autres contenus:

Retour à l’époque où l’humain a appris à marcher

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre