Good Boys, ou les gros mots des tout-petits

1

Seth Rogen et Evan Goldberg, les producteurs de Superbad et Sausage Party, repoussent une fois de plus les limites de ce qui est acceptable au cinéma avec Good Boys, une comédie grinçante disponible cette semaine en 4K, Blu-ray et DVD.

Se faisant appeler les « Bean Bag Boys », Max, Thor et Lucas ne sont pas très populaires parmi les autres élèves de sixième année. Contre toute attente, le trio se voit invité un beau jour à une fête où il est prévu de jouer à la bouteille, mais malheureusement, aucun d’entre eux ne sait comment embrasser. Suite à des recherches infructueuses sur Internet, les trois amis empruntent le drone du père de Max sans sa permission et décident d’espionner des adolescents du voisinage dans l’espoir de les voir se bécoter, mais ces derniers repèrent l’engin volant et le confisquent. Débute alors un véritable calvaire pour les trois garçons, qui feront des pieds et des mains afin de remplacer le drone manquant, et terminer la journée avec un tout premier baiser plutôt qu’en punition dans leurs chambres.

La pochette du boîtier

Il y a quelque chose de fondamentalement charmant et comique à voir des enfants essayer de se comporter en adultes, et c’est le moteur humoristique de Good Boys, une comédie qui, bien qu’elle mette en vedette des garçons de douze ans, s’adresse à un public adulte. Les adeptes de la rectitude politique (et les parents poules) risquent de grincer des dents à plusieurs reprises en voyant des gamins partager une bouteille de bière, se vanter de leurs six poils pubiens, brandir des godemichés comme des armes ou se moquer des pédophiles, mais c’est justement ce côté iconoclaste qui rend le film si hilarant, et vrai. Au-delà de la vulgarité, en illustrant la manière dont les amitiés d’enfance, qui marquent pourtant le reste de nos vies, finissent par s’effriter, le long-métrage possède même un côté touchant.

Les jeunes répètent souvent ce qu’ils ont entendu ailleurs sans vraiment comprendre ce qu’ils disent, et Good Boys s’inspire de cette habitude pour offrir plusieurs perles, du jeune Thor qui déclare « My babysitter told me that in eigth grade, everyone gets handjobs » en passant par Max, qui affirme avec aplomb qu’une nymphomane est « une femme qui accepte d’avoir des relations sexuelles sur terre comme sur mer ». Traversant l’ensemble du film, ce mélange de vulgarité et de candeur produit des moments d’un charme indéniable. Accusé d’être féministe, l’un des garçons se défendra bec et ongles, en répliquant « c’est complètement faux, tout le monde sait que j’aime les femmes! », une réplique aussi drôle que mignonne.

Image tirée du film

Il n’est pas toujours évident de diriger des jeunes au cinéma, mais les trois vedettes de Good Boys livrent des performances authentiques et attachantes. Comme ils ont reçu une permission spéciale de leurs parents pour dire des gros mots à voix haute durant le tournage, Jacob Tremblay (Max), Keith L. Williams (Lucas) et Brady Noon (Thor) s’en donnent à cœur joie, et le plaisir manifeste qu’ils prennent à braver l’interdit est des plus communicatif. On a été chercher les quelques adultes de la distribution parmi des humoristes habitués à l’improvisation, dont Will Forte, Sam Richardson, Stephen Merchant, Michaela Watkins ou Retta et Lil Rel Howery, mais ces derniers ne font vraiment qu’appuyer et mettre en valeur le jeune trio.

En plus du long-métrage sur disques Blu-ray et DVD et d’un code pour télécharger une copie numérique, l’édition Combo Pack de Good Boys contient aussi une bonne dose de matériel supplémentaire, à commencer par une piste de commentaires du réalisateur Gene Stupnisky et du co-auteur Lee Eisenberg, une finale alternative, la version allongée de certaines scènes et d’autres retirées du montage final, un « Gag reel », et une demi-douzaine de revuettes, consacrées au tournage à Vancouver, à la fine ligne sur laquelle les scénaristes ont dû marcher pour écrire le film, ou au choix des trois jeunes acteurs par le réalisateur et les producteurs.

Il y a longtemps qu’un film ne m’avait autant fait éclater de rire, et dans un monde où les comédies sont souvent trop sages, Good Boys constitue une hilarante bouffée d’air frais.

7/10

Good Boys

Réalisation : Gene Stupnitsky

Scénario : Lee Eisenberg et Gene Stupnitsky

Avec : Jacob Tremblay, Keith L. Williams, Brady Noon, Molly Gordon, Midori Francis et Will Forte

Durée : 89 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Antigone: perruque identitaire

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Good Boys - Patrick Robert

Répondre