Libération de la femme et gangstérisme pour The Kitchen

1

Parmi les nouveautés Blu-ray et DVD sur les tablettes cette semaine, on retrouve The Kitchen, l’adaptation d’un comics réunissant Melissa McCarthy, Tiffany Haddish et Elisabeth Moss pour le plus féministe des films de mafia.

Les maris de Kathy Brennan, Ruby O’Carroll et Claire Walsh, trois fiers-à-bras appartenant aux gang des Irlandais, qui contrôle le quartier Hell’s Kitchen à New York, commettent souvent des vols à main armée ensemble. En mars 1978, ils se font pincer par le FBI lors du braquage d’un magasin de spiritueux, et se voient condamnés à trois ans de prison. Même si le nouveau chef, Little Jackie, a promis de s’occuper financièrement d’elles durant l’incarcération de leurs époux, les pauvres femmes ne reçoivent que des sommes dérisoires sous prétexte que le crime n’est plus aussi payant qu’avant. Lassées de dépendre des autres, Kathy, Ruby et Claire décident alors de reprendre en main le racket de protection de leurs conjoints, mais rapidement, leur autorité sera remise en question par les autres hommes du gang qui n’apprécient pas que des femmes fassent leur travail à leur place, et le fassent mieux.

La pochette du boîtier

À la lecture des commentaires acerbes sur Internet ayant accompagné sa sortie au cinéma, je m’attendais à ce que The Kitchen soit vraiment mauvais, mais après avoir visionné le film, j’ai un peu de difficulté à comprendre pourquoi il a été si mal reçu. Les cinéphiles ont-ils été déçus qu’il ne s’agisse pas d’une comédie malgré la présence de Melissa McCarthy et de Tiffany Haddish? Est-ce une forme de misogynie semblable à celle provoquée par la version féminine de Ghostbusters? Bien sûr, la réalisatrice Andrea Berloff est loin d’être la première à raconter une histoire de pègre dans le New York des années 1970, mais en axant son récit sur trois femmes au foyer qui s’émancipent dans le crime, elle apporte un côté « Gloria Steinem chez les gangsters » à la formule, que j’ai personnellement bien appréciée.

Pour un premier passage derrière la caméra, Andrea Berloff livre une réalisation soignée, et sa reconstitution de Hell’s Kitchen, avec ses rues jonchées de poubelles et ses voitures d’antan, redonne vie à la mode des années 1970 dans toute sa splendeur beige et brune. Tout en dépeignant le milieu impitoyable de la pègre new-yorkaise, la réalisatrice choisit la plupart du temps de suggérer la violence plutôt que la montrer, une approche qui s’avère aussi efficace, sinon plus, qu’une débauche d’hémoglobine. Même si l’action se passe en dehors du cadre, elle réussit à faire grincer des dents lors d’une scène où un tueur décrit en détail la bonne façon de dépecer le cadavre qu’il s’apprête à jeter dans le fleuve afin qu’il ne remonte pas trop vite à la surface.

Image tirée du film

The Kitchen est un film de personnages, et donc un film d’acteurs (ou d’actrices pour être plus précis). Ça fait du bien de voir Melissa McCarthy dans autre chose qu’un rôle grotesque de caricature, et la comédienne prouve qu’elle est aussi douée pour le drame que la comédie avec son interprétation de Kathy Brennan, le cerveau de l’opération et mère ordinaire de deux enfants. Incarnant Ruby O’Carroll, une Noire mariée à l’ancien chef du gang et constamment soumise au racisme, Tiffany Haddish apporte une petite touche « Black Power » à cette histoire d’émancipation. Elisabeth Moss (A Handmaid’s Tale) est complètement touchante dans la peau de Claire Walsh, une femme constamment battue par les hommes qu’elle rencontre et qui, lassée d’être sans cesse la victime, apprendra les rudiments du meurtre et de l’assassinat.

La version haute-définition de The Kitchen comprend le film sur disque Blu-ray, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique. Plutôt que s’éparpiller avec des heures de matériel supplémentaire, l’édition comprend une seule scène d’une minute 25 retirée du montage final et deux revuettes très pertinentes. Dans la première, la réalisatrice Andrea Berloff parle de la série de comics publiée chez Vertigo (la branche adulte de DC) et des raisons qui l’ont poussée à l’adapter au grand écran pour son tout premier film, tandis que la seconde se consacre à la minutieuse reconstitution du Hell’s Kitchen de 1978.

Il est vrai que les histoires de mafia sont, depuis longtemps, la chasse gardée des hommes virils et machos, et c’est justement pourquoi The Kitchen apporte un angle rafraîchissant à la traditionnelle histoire de crime à New York.

7/10

The Kitchen

Réalisation : Andrea Berloff

Scénario : Andrea Berloff (d’après les comics de Ollie Masters et Ming Doyle)

Avec : Melissa McCarthy, Tiffany Haddish, Elisabeth Moss, Domnhall Gleeson, James Badge Dale, Margo Martindale et Common

Durée : 102 minutes

Format : Blu-ray (+ copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Les fleurs oubliées – Révolte verte

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique The Kitchen - Patrick Robert

Répondre