Little Big Workshop, quelque chose comme un grand jeu

0

Il n’y a pas à dire, les jeux de gestion n’ont jamais été aussi populaires; le genre a d’ailleurs droit à une véritable révolution du côté des développeurs indépendants, qu’il s’agisse de gérer un aquarium, de développer une colonie spatiale, de construire un écosystème économique, ou encore d’exploiter carrément des ressources naturelles à l’échelle planétaireLittle Big Workshop, développé par Mirage Game Studios et publié par HandyGames et THQ Nordic, est d’ailleurs promis à de grandes choses, et saura rapidement convaincre les amateurs du genre… et ceux qui adorent que tout fonctionne sur des roulettes.

Si le mot « petit » est bel et bien dans le titre du jeu, et si celui-ci se déroule effectivement dans un univers de taille réduite, c’est plutôt du côté du mot « grand » que le jeu tend à s’orienter. Aux commandes d’une équipe de travailleurs – des gnomes, dans le cas qui nous préoccupe –, il faudra gérer une usine qui produira des biens matériels dont la complexité ira en augmentant. Avec, bien entendu, tous les enjeux liés au financement, au bien-être des employés, à leur spécialisation, à la recherche et développement, à la bonne circulation des biens et des produits finis, à la rapidité d’exécution… Bref, il faudra s’assurer que les rouages de l’usine soient bien graissés, et que la production progresse constamment, histoire d’éviter de tomber à court de liquidités et devoir déclarer faillite.

L’idée n’est certainement pas nouvelle, mais le degré de personnalisation nécessaire pour chaque produit ouvre de nouveaux horizons et offre des possibilités rarement vues dans un titre du genre. Car plutôt que de simplement commander les matières premières puis de produire les biens réclamés à l’aide d’une ou deux machines, il faut faire preuve de minutie en réglant le processus de fabrication comme du papier à musique. Quels matériaux doit-on utiliser? Ceux-ci correspondent-ils aux spécifications du client? Ne risque-t-on pas de créer un embouteillage pour utiliser telle ou telle machine, nécessaire à différentes étapes de la production? Qu’en est-il des travailleurs; faut-il ajouter une nouvelle machine à café pour qu’ils puissent prendre leur pause? Doit-on embaucher une nouvelle personne qui ne s’occupera que de manutention? Les zones de stockage sont-elles correctement définies?

Toutes ces questions sont abordées de façon parfois complexe, mais jamais de façon obscure ou de façon à susciter la confusion. Le jeu offre des explications claires, et il est toujours possible de ralentir le déroulement de l’action pour consulter la section d’aide, ou encore de lire les différentes bulles informatives accompagnant la plupart des boutons sur lesquels il est possible de cliquer. Cela ne veut pas dire que Little Big Workshop est un jeu facile: il est bel et bien possible de se retrouver à court d’argent, par exemple, en prenant de mauvaises décisions, ou en n’optimisant pas le rythme de travail de ses employés. Et c’est justement en raison de cette difficulté inhérente que le jeu rend accro: il est particulièrement aisé de consacrer plusieurs heures à voir ses employés aller et venir entre les salles d’entreposage, la salle de pause et les pièces où sont installés les différents ateliers et autres machines. Ce faisant, le joueur a toujours l’impression de contrôler une situation qui pourrait très rapidement dégénérer, et c’est cela qui fait la beauté du titre.

Little Big Workshop

Développeur: Mirage Game Studios

Éditeur: HandyGames et THQ Nordic

Plateforme: Windows (Steam, testé sur Steam)

Interface et sous-titres disponibles en français.


Autres contenus:

Ancestors: The Humankind Odyssey – Dans la jungle, terrible jungle…

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre