Cinemania: une 25e édition consacrée à d’importants enjeux sociaux

1

Du 7 au 17 novembre 2019, le festival Cinemania met de l’avant une abondance de thèmes sociaux et d’enjeux qui ont inspiré les créateurs du cinéma d’ici et d’ailleurs au cours de la dernière année. Au programme: plusieurs primeurs, des films poignants et de nombreux invités spéciaux.

La programmation de la 25e édition du festival Cinemania a été lancée lundi matin au Sofitel, l’un de leurs principaux partenaires. Cette année, 51 longs-métrages provenant de 17 pays offrent aux Montréalais une fenêtre sur les grands festivals de cinéma international, Cannes, Angoulême, Namur, Toronto, Venise et Berlin, notamment. Parmi eux figurent 41 avant-premières nord-américaines, canadiennes ou québécoises.

Des sujets lourds de sens et une présence féminine marquée

Si cette année, dans les festivals de films à travers le monde, les femmes ont été mises à l’honneur, Cinemania n’a pas échappé à cette tendance. Guilhem Caillard, directeur général du festival, a expliqué qu’ils ont choisi de mettre les femmes de l’avant en donnant « une très belle part à 16 femmes réalisatrices, dont 15 longs-métrages » et que celles-ci « ont toutes des regards incisifs sur la place des femmes dans la société ». À cet égard, le film d’ouverture est très étroitement lié à ce choix éditorial.

En effet, le festival sera lancé avec Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, ayant remporté un prix à Cannes cette année. Il sera présenté le jeudi 7 novembre au Cinéma Impérial. Tout en subtilité et en sensualité, ce long-métrage racontera une histoire d’amour entre Marianne, une peintre (Noémie Merlant) et Héloïse (Adèle Haenel), l’énigmatique femme dont elle doit exécuter le portrait de mariage.

Papicha de Mounia Meddour, candidat officiel représentant l’Algérie aux Oscars 2020, traite de la jeunesse algérienne des années 90 et s’inspire de faits réels. Première œuvre de Meddour, Papicha continue la lancée d’un certain vent de renouveau du cinéma maghrébin.

Coréalisé par deux femmes (Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec), Les Hirondelles de Kaboul, marque une autre première pour Cinemania. En effet, il s’agit de première fois qu’un film d’animation prendra l’affiche lors du festival montréalais. De formidables dessins d’aquarelles donneront à voir l’occupation talibane via le regard d’un couple.

Encore une fois cette année, les festivaliers auront la chance d’assister à une séance de préouverture, le mardi 5 novembre : Antigone de Sophie Deraspe. La réalisatrice ainsi que l’actrice Nahema Ricci seront présentes lors de cette séance exceptionnelle au Théâtre Outremont. Décrit comme un choc cinématographique au Québec, ce film qui représente le Canada aux Oscar partagera une table ronde conjointe avec quelques membres de l’équipe du long-métrage français Les Misérables de Ladj Ly, ancré dans l’actualité politico-sociale du pays et représentant quant à lui la France aux Oscars.

Sympathie pour le diable (Guillaume de Fontenay), une coproduction France-Québec très attendue sur le siège de Sarajevo, s’inspire des mémoires du journaliste Paul Marchand. Ce dernier y est interprété par Niels Shneider, lequel jouera également dans trois autres œuvres au programme : Curiosa (Lou Jeunet), Sibyl (Justine Triet) et Revenir (Jessica Palud).

Le coup de cœur de l’équipe cette année revient à La Belle époque, un étonnant film évoquant l’un des thèmes favoris du réalisateur Nicolas Bedos : le passage du temps. Cette fois-ci, il rend hommage au théâtre et propose un voyage dans le temps par les artifices du théâtre grâce à des acteurs qui rejouent une scène au choix de leurs clients bien nantis.

En collaboration avec la Cinémathèque québécoise, la section « Focus sur » sera consacrée à l’actrice belge Marie Gillain. Quatre présentations dans lesquelles elle a joué à différents moments de sa carrière seront données à voir à la Cinémathèque : Les affinités électives (Vittorio et Paolo Taviani), Toutes nos envies (Philippe Lioret), Marie (Marian Handwerker) et Ni pour, ni contre (Bien au contraire) de Cédric Klapisch.

En fin de festival, ce sera Donne-moi des ailes qui viendra clore le festival Cinemania le 17 novembre. Ce film présenté en première nord-américaine est l’œuvre de Nicolas Vanier. Ce film inspiré d’une histoire vraie relate un moment de la vie d’un ornithologue, Christian Moullec (également coscénariste) qui s’intéresse aux mouvements migratoires, tout en traitant de la relation compliquée entre un père et son fils.

Les grands noms, la relève et la réalité virtuelle

Cinemania présentera aussi une série de films avec grands noms du cinéma. Parmi ceux-ci, mentionnons Les plus belles années d’une vie de Claude Lelouch, en première montréalaise. Ici, Lelouch renoue avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans cet opus touchant au sujet d’un vieux couple qui se remémore de doux souvenirs.

Le festival fait une fois de plus une place de choix à quelques films de la relève, notamment Tu mérites un amour de Hafsia Herzi qui signe son premier film d’auteur et La dernière vie de Simon, premier film de Léo Karmann.

De concert avec le Centre Phi, la mezzanine du Cinéma Impérial accueillera quatre œuvres de réalité virtuelle pour la toute première fois.

La Nouvelle-Aquitaine mise à l’honneur

Chaque année, une région de la francophonie est mise à l’honneur lors du festival et pour cette 25e édition, la Nouvelle-Aquitaine a été sélectionnée à titre de région officielle. Entretenant de forts liens historiques et culturels avec le Québec, le choix de cette région allait de soi.

Au programme, trois films de la région seront présentés : Les éblouis (Sarah Suco), dépeignant l’emballement sectaire d’une famille catholique, Atlantique (Mati Diop), commentaire social sur la place des femmes sénégalaises d’aujourd’hui et La Source (Rodolphe Lauga), un film qui marie l’humour et les difficultés d’un jeune homme en quête de soi.

Finalement, du 7 au 17 novembre 2019, 23 invités se joindront aux présentations des longs-métrages ainsi qu’à divers événements spéciaux qui se dérouleront dans le cadre de cette 25e édition du festival Cinemania.

Pour consulter la programmation complète: www.festivalcinemania.com.


Autres contenus:

FNC 2019 – Synonymes, derrière les portes closes

Partagez

À propos du journaliste

Émilie Plante

Rédactrice web, geek au tempérament artiste, Émilie est une touche-à- tout qui carbure au café et aux activités culturelles. Éternelle étudiante, elle détient un baccalauréat en histoire de l’art, une maîtrise en muséologie, a quelques cours en communication et en gestion derrière la cravate ainsi qu’un doctorat honorifique en « flattage » de chats. Depuis 2009, elle écrit pour des blogues d’entreprises ou des sites traitant de sujets divers (univers geek, communication, féminisme, musique techno, technologies) et est journaliste culturelle depuis plusieurs années. Ses sujets de prédilection sont le cinéma, la danse contemporaine, les arts visuels, la muséologie et… sans doute aussi les chats.

Un commentaire

  1. Pingback: Antigone: perruque identitaire - Pieuvre.ca

Répondre