Une évolution, plus qu’une révolution, pour Tropico 6

1

Un régime totalitaire est rarement synonyme de plaisir, sauf peut-être lorsqu’il s’agit de Tropico 6, le seul et unique jeu qui donne l’occasion de laisser s’exprimer le dictateur sommeillant en chacun de nous.

De Sim City à Cities: Skylines, les jeux de gestion urbaine ont toujours été très populaires. Il est vrai que de fonder sa propre ville à partir de rien, la voir évoluer peu à peu d’un modeste hameau à une mégapole de calibre international et en faire une machine bien huilée, où les rues fourmillent d’activité et les citoyens vaquent à leurs occupations, a quelque chose de plutôt satisfaisant. Étonnamment, alors que la majorité des titres du genre incluent la notion de confort de la population dans les paramètres à gérer, seule la franchise Tropico incorpore la dimension politique à sa simulation, produisant une expérience un peu moins zen, mais assurément plus amusante.

Tropico 6 nous met une fois de plus dans les bottes d’El Presidente, le dictateur d’une république de bananes fictive des Caraïbes. À la base, le titre offre tous les éléments qu’on retrouve habituellement dans ce genre d’expérience : il faut récolter diverses ressources, construire un réseau routier, électrifier les quartiers, bâtir des habitations pour accueillir la population, mettre sur pied des entreprises qui fourniront des emplois en plus de contribuer à l’économie locale, assurer les différents services dont les habitants ont besoin, et rechercher des technologies donnant accès à de nouveaux bâtiments. La dimension politique ouvre toutefois une foule d’options qu’on ne retrouve pas ailleurs. Quel autre jeu vous permet de détourner les fonds publics dans votre compte de banque personnel en Suisse?

Image tirée du jeu

En adoptant la constitution de son pays, on détermine d’emblée qui aura le droit de vote, les limites de la liberté religieuse, les conditions des travailleurs, l’enrôlement obligatoire dans l’armée, ou l’indépendance à laquelle auront droit les médias. Avec le temps, des factions se forment dans la population (communistes, militaires, etc.). On peut accéder aux demandes d’un groupe particulier pour obtenir son appui, soudoyer ses leaders, demander à la police de les mettre sous écoute, ou les envoyer à l’asile pour une réhabilitation complète. Les citoyens exigent parfois des élections, qu’on peut manipuler lorsqu’on ne dispose pas d’une popularité suffisante pour les remporter, mais il faut cependant préserver un certain équilibre social, puisque les opprimés finissent par joindre la guérilla, et menacent de nous renverser.

La complexité et la profondeur de Tropico 6 peut intimider de prime abord, mais heureusement, le titre contient un tutoriel facultatif de plusieurs heures, divisé en cinq sections, qui enseigne toutes les subtilités de ses mécaniques, et qu’il est fortement recommandé de compléter avant de se lancer dans le jeu. La campagne traverse quatre époques différentes (la période coloniale, les guerres mondiales, la guerre froide et les temps modernes), et c’est en remplissant des objectifs précis que l’on progresse de l’une à l’autre. Le titre comprend également un mode « bac à sable », où l’on peut faire évoluer sa cité sans contrainte, ainsi qu’on mode multijoueur permettant de se mesurer à d’autres dictateurs en herbe.

Image tirée du jeu

Puisque le développeur a une bonne expérience des consoles dans le cadre de cette série, les contrôles de Tropico 6 sont très bien adaptés à la manette. On peut accélérer, ralentir ou stopper le passage du temps en appuyant sur les flèches du pavé numérique. Une simple pression sur la gâchette de gauche fait apparaître un menu radial comptant les options les plus utilisées (construction, almanach, décrets présidentiels, recherches scientifiques, etc.). Le titre possède un très bon niveau de zoom, passant de la vue d’ensemble de l’archipel jusqu’aux citoyens dans les rues, sur lesquels on peut cliquer pour connaître leur nom, leur niveau de satisfaction, ou leur allégeance politique. Presque aussi beaux que ceux de Cities: Skylines, les graphiques sont jolis et détaillés, mais des ralentissements surviennent parfois à l’écran.

Sans apporter de grande nouveauté à la franchise, Tropico 6 peaufine l’ensemble de son expérience et de ses mécaniques, pour proposer la version la plus aboutie de ce Sim City de la dictature.

8/10

Tropico 6

Développeur : Limbic Entertainment

Éditeur : Kalypso Media

Plateformes : Linux, Mac OS, PS4, Windows et Xbox One (testé sur Xbox One)

Jeu disponible en français (textes à l’écran et voix parlées)


Autres contenus:

Children of Morta: randonnée en montagne

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test Tropico 6 - Patrick Robert

Répondre