De plus en plus de lacs envahis par les algues

0

L’intensité des éclosions d’algues durant l’été a augmenté au cours des trois dernières décennies, selon la première étude mondiale portant sur des dizaines de grands lacs d’eau douce, étude qui a été menée par deux chercheurs de l’Université Carnegie et par une scientifique de la NASA, pour le compte de Nature.

Les signalements d’éclosions nocives d’algues, comme celles qui ont entraîné le blocage du système d’approvisionnement en eau potable de Toledo, en 2014, ou qui ont entraîné la déclaration de l’état d’urgence en Floride en 2016 et 2018, se multiplient. Ces phénomènes aquatiques sont nocifs, que ce soit en raison de l’intensité des éclosions, ou parce qu’ils impliquent des populations de phytoplancton, qui produisent des toxines.

Avant cette nouvelle étude, toutefois, il n’était pas possible de savoir, avec précision, si le problème était véritablement en train d’empirer à l’échelle mondiale. Par ailleurs, impossible non plus de savoir, avant aujourd’hui, à quel point l’activité humaine, y compris l’agriculture, le développement urbain et les changements climatiques, contribuait à alimenter ce phénomène.

« Les éclosions d’algues toxiques affectent les sources d’eau potable, l’agriculture, la pêche, les loisirs et le tourisme », mentionne Jeff Ho, le principal auteur de l’étude. « Les recherches indiquent qu’aux États-Unis seulement, ces éclosions en eau douce représentent des pertes de 4 milliards de dollars par année. »

Malgré cela, les études sur les éclosions en eau douce portaient soit sur des lacs ou des régions spécifiques, ou la période d’examen était courte. Aucune étude à long terme et à l’échelle globale n’avait été effectuée jusqu’à maintenant.

Les trois scientifiques ont utilisé 30 années de données produites par le satellite Landsat 5, qui a surveillé la surface de la planète entre 1984 et 2013 avec une résolution de 30 mètres de côté, afin de révéler les tendances à long terme en matière d’éclosions d’algues dans 71 lacs de grande taille situés dans 33 pays, sur six continents. Pour y arriver, ils ont conclu un partenariat avec Google Earth Engine pour traiter et analyser plus de 72 milliards de données.

« Nous avons découvert que l’intensité maximale des éclosions d’algues s’était accrue dans plus des deux tiers des lacs, avait décru de façon significative dans seulement six des lacs », a expliqué Anna Michalak. « Cela signifie que les éclosions d’algues continuent réellement de se multiplier et d’augmenter en intensité, et ce n’est pas seulement dû au fait que nous portons davantage attention à ce phénomène que nous ne le faisions, il y a plusieurs décennies. »

Bien que cette tendance vers des éclosions plus intense soit claire, les raisons expliquant ce phénomène varient pour chaque lac, sans aucune cause centrale lorsque les chercheurs tenaient compte de l’utilisation d’engrais, des précipitations ou des températures. Ce qui est clair, cependant, est que chez les lacs qui ont enregistré des améliorations au cours de cette période de 30 ans, seuls ceux qui avaient enregistré le réchauffement le plus faible avaient profité d’améliorations en matière d’éclosion d’algues. Cela porte à croire que les changements climatiques nuisent déjà probablement à l’amélioration des conditions dans les lacs de certaines régions.


Autres contenus:

Les changements climatiques, déclencheurs de conflits interespèces?

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre