Alcool, drogues et casino en ligne: des pratiques abusives chez les jeunes

0

La situation préoccupe les autorités au Canada, et plus particulièrement dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nanavut: environ 65 jeunes par jour seraient hospitalisés à cause de l’alcool et des drogues. Une information dévoilée par l’Institut canadien d’information sur la santé, qui lance le débat sur la lutte contre les dépendances au Canada.

L’alcool et les drogues, le cœur du problème

Chez les jeunes de 10 à 24 ans, une hospitalisation sur 20 serait liée aux ravages de la consommation d’alcool ou de diverses drogues. Ce taux de 5% est forcément inquiétant, d’autant plus que les substances incriminées sont dangereuses: alcool, cocaïne, benzodiazépines ou encore métamphétamines. Le plus préoccupant est le lien qu’ont établi les chercheurs entre l’hospitalisation de ces jeunes et des problèmes de santé mentale. Des troubles psychotiques, anxieux, affectifs voire la schizophrénie seraient régulièrement constatés. Ainsi, presque 3 patients sur 4 admis pour des problèmes d’alcool ou de drogue seraient également traités pour problèmes de santé mentale.

Les jeux d’argent et les jeux vidéo également ciblés

Même si les cas d’hospitalisation pour la pratique intensive des jeux vidéo ou des jeux d’argent dans les casinos en ligne sont rares, il est également constaté une hausse de ces pratiques de manière intensive, voire illégale. Nous vous conseillons cette plateforme référence pour obtenir des informations sur le gambling au Canada. Vous disposerez sur ce site internet de tous les outils nécessaires pour vivre une expérience de qualité avec les jeux d’argent en ligne au Canada. Elle vous dévoilera notamment les meilleurs casinos en ligne selon divers critères, comme les bonus, la qualité des jeux ou encore l’accompagnement du joueur dans le temps.

Des résultats qui varient en fonction des provinces

Les résultats de l’étude évoquent des différences considérables selon les provinces canadiennes. La situation serait par exemple très problématique au Nunavut ou dans les Territoires du Nord-Ouest, avec des taux d’admission dans les hôpitaux 5 fois supérieurs à la moyenne nationale. Le Québec, lui, se situerait en dessous de la moyenne canadienne. Ces différences peuvent être expliquées par différents facteurs. Les chercheurs évoquent notamment des facteurs historiques et socio-économiques qui joueraient un rôle important. La pauvreté est notamment mise sur le devant de la scène, mais aussi l’absence de services d’aide et de programmes de prévention dans les milieux ruraux.

Dans tous les cas, un vrai travail est à effectuer pour différentes instances, pour limiter dans un premier temps le phénomène, puis tenter de le réduire dans les années à venir. On pense notamment à un contrôle plus poussé dans les points de vente, mais aussi la création d’une vraie politique de prévention sur tout le territoire canadien.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre