Les avantages sociaux du politiquement incorrect

0

Lorsque la représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez fait référence aux centres de détention pour immigrants comme étant des « camps de concentration », ou quand le président Donald Trump qualifie les immigrants « de gens illégaux », ils peuvent subir des critiques pour avoir été politiquement incorrects. Mais l’utilisation d’un tel discours a ses avantages: il s’agit d’une méthode particulièrement efficace pour apparaître comme étant « authentique ».

Des chercheurs de la Haas School of Business, de l’Université de Berkeley, ont constaté que remplacer même un seul mot ou une seule phrase politiquement correcte avec son équivalent incorrect – « illégal » par rapport à « sans papier » pour parler d’un immigrant, par exemple – fait en sorte que le public considère un orateur comme étant plus authentique et étant moins porté à être convaincu par d’autres individus.

« Le coût du politiquement incorrect est qu’un orateur est perçu comme moins chaleureux, mais il semble aussi moins donner dans la stratégie et être plus « vrai » », souligne la professeure adjointe Juliana Schroeder, coauteure de l’étude, qui compte neuf tests rassemblant quelque 5000 participants, et qui doit bientôt être publiée dans The Journal of Personality and Social Psychology. « Le résultat pourrait être que les individus soient moins hésitants à suivre des leaders politiquement incorrects parce qu’ils semblent davantage tenir à respecter leurs valeurs. »

Bien que les discours politiquement corrects soient plus souvent défendus par les gens d’obédience plus libérale et critiqués par les conservateurs, les chercheurs ont également découvert qu’il n’existait rien de fondamentalement partisan à propos du concept en soi. En fait, les gens plus conservateurs sont tout aussi « à risque » d’être offensés par des déclarations politiquement incorrectes lorsqu’elles sont employées pour décrire des groupes qui leur sont chers, comme les chrétiens évangéliques ou les Blancs pauvres.

« Le politiquement incorrect est généralement employé contre des groupes envers lesquels sont favorables les gens plus progressistes, comme les immigrants ou les membres de la communauté LGBTQ, alors les gens plus progressistes considèrent ces discours de façon négative et les plus conservateurs ont plutôt tendance à voir le tout de façon authentiuqe », mentionne l’étudiant au doctorat Michael Rosenblum, principal auteur de l’étude.

« Mais nous avons constaté que l’inverse peut être vrai lorsque un tel langage est employé contre des groupes soutenus par les plus conservateurs, entre autres en utilisant des termes tels que « fous de Dieu » ou « redneck ». »

Au cours des différents tests, les chercheurs ont constaté que les participants jugeaient que ceux qui employaient un discours politiquement incorrect possédaient des opinions qu’il était plus facile de prédire.

Lors d’une autre expérience, les scientifiques ont constaté qu’un discours politiquement correct donnait l’impression qu’un orateur pouvait être influencé plus facilement.

Mais les partisans du politique incorrect doivent éviter d’avoir trop souvent recours à cette stratégie; toujours selon les chercheurs, cela donnerait l’impression de ne pas vouloir participer à des échanges politiques qui pourraient s’avérer essentiels.


Autres contenus:

C’est le hasard, et non l’idéologie, qui alimente la polarisation politique

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre