Les records de l’ouragan Dorian

1

À une époque où l’on aime beaucoup les records, l’ouragan Dorian en a battu plusieurs au moment de son passage au-dessus des Bahamas pendant les trois premiers jours de septembre.

  • C’est le plus puissant ouragan enregistré depuis le XIXe siècle dans l’archipel des Bahamas, avec, dans l’après-midi du 1er septembre, des vents soutenus de 300 kilomètres à l’heure et des rafales allant jusqu’à 350 km/h.
  • Parmi les ouragans ayant touché terre, n’importe où dans l’Atlantique, il est sur un pied d’égalité avec le record de 1935: un ouragan qui rugissait encore à 300 km/h lorsqu’il avait atteint la Floride.
  • Depuis le XIXe siècle, un seul ouragan dépasse Dorian: Allen qui, en 1980, avait atteint 305 km/h, mais alors qu’il survolait encore l’océan.
  • Juste avant qu’il n’atteigne les Bahamas, ses vents sont passés de 240 à 300 km/h en moins de neuf heures, ce qui serait du jamais vu dans l’Atlantique.
  • Le fait qu’il soit resté presque stationnaire au-dessus de l’île de Grand Bahama pendant plus de 24 heures le met dans une catégorie à part: selon l’agence américaine des océans (NOAA) le seul cas comparable serait l’ouragan de catégorie 5 Mitch qui, en 1998, était resté stationnaire à moins de 90 kilomètres d’une île du Honduras. Toutefois, Mitch n’était pas directement au-dessus d’une terre, comme Dorian.
  • C’est la première fois qu’on enregistre dans l’Atlantique, pendant quatre années consécutives, un ouragan de catégorie 5 (la plus élevée, caractérisée par des vents de plus de 252 km/h) : Dorian, Michael (2018), Maria (2017), Irma (2017) et Matthew (2016). Le précédent record était de trois années d’affilée, entre 2003 et 2005.
  • L’Atlantique Nord a désormais connu 35 ouragans de catégorie 5 en un siècle, dont 13 depuis 2000 et cinq depuis 2016 — une intensification qui est de pair avec ce à quoi l’on est en droit de s’attendre dans le futur.


Autres contenus:

Rencontres internationales sur l’environnement: les jeunes face aux adultes

Partagez

Un commentaire

  1. Pingback: Anti-science: quand la météorologie est à son tour attaquée - Pieuvre.ca

Répondre