Years and Years, famille et dystopie

2

Devant la montée des extrémismes, devant la dérive des modèles politiques que l’on croyait relativement inviolables, devant la crise climatique, quoi de mieux que Years and Years, une minisérie produite par la BBC et par HBO portant sur la montée des extrémismes, la dérive des modèles politiques et la crise climatique?

En six épisode, cette série s’articule autour de la famille Lyons, déjà quelque peu dysfonctionnelle, qui sera confrontée à une série d’événement extraordinaires liés au pourrissement du contexte géopolitique britannique et mondial. Tir d’arme atomique, récession, élection d’un gouvernement fasciste… tout y passe, dans ce condensé de « moments » éparpillés sur près d’une dizaine d’années.

Il aurait été tentant, et potentiellement plus simple, de simplement se concentrer sur les grands chambardements politiques, économiques et environnementaux, en insérant ici et là quelques personnages peu ou pas attachants, histoire de mieux jalonner les divers épisodes de catastrophes et autres moments forts. Ce que les scénaristes ont plutôt choisi de faire, c’est de se concentrer sur cette fameuse famille Lyons et de s’en servir, sans surprise, pour faire vivre les divers événements marquants aux spectateurs.

En raison de l’ambition de la série, le résultat est parfois à l’avenant. En se concentrant peut-être un peu trop sur le human interest, sur ces deux frères et deux soeurs Lyons, ainsi que sur leur grand-mère, on a l’impression de passer un peu à côté de ce qui marque durablement l’actualité, en fait. Car en parallèle de cette famille, il y a aussi Vivienne Rook, jouée par une Emma Thompson en grande forme, et qui a des allures de Donald Trump combiné à Boris Johnson et à Theresa May. Populiste, insultante, démagogue, voire carrément génocidaire, ce personnage de Vivienne Rook se rapprochera peu à peu du pouvoir, avant de finalement être élue première ministre et d’instaurer une quasi-dictature.

Notons, au passage, que les scénaristes de Years and Years ne se sont pas trop cassé la tête pour évoquer une civilisation qui se dégrade: les forces du chaos, de la droite et de l’extrême droite gagnent constamment, et même au Royaume-Uni, où les conservateurs et les travaillistes obtiennent éventuellement le même nombre de députés, alors que le parti de Vivienne Rook détient la balance du pouvoir, on a préféré donner la victoire à cette dernière quelques mois plus tard, plutôt que d’évoquer une coalition ou des compromis.

Bien sûr, en développant davantage le côté politique, on aurait perdu quelques interactions au sein de la famille Lyons, Years and Years est donc à prendre avec un grain de sel: on y explore des thèmes essentiels, comme l’amour fraternel, le désir, la volonté d’atteindre la transcendance, la quête de pouvoir, mais on a néanmoins le sentiment de manquer une bonne partie de ce qui se déroule au même moment où la famille Lyons s’entre-déchire. À voir, mais en sachant très bien que l’ambiance y est d’une lourdeur à couper au couteau.


Autres contenus:

The Handmaid’s Tale, saison 3: petits viols entre amis

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Des armes et nous – L’enjeu du port d’arme au-delà de l’approche manichéenne - Pieuvre.ca

  2. Pingback: Matthias et Maxime, l’anarchie des jours heureux - Pieuvre.ca

Répondre