Ace Combat 7: Skies Unknown, l’autoroute vers la zone dangereuse

0

L’alerte au missile hurle, l’avion plonge entre deux falaises et fait lui-même feu, pulvérisant un ennemi alors que la foudre s’abat à quelques mètres à peine de l’appareil. Bienvenue dans Ace Combat 7: Skies Unknown, qui laisse le réalisme de côté pour plutôt s’adonner avec une joie indicible aux combats aériens dignes d’un film des années 1980.

La série développée par Bandai Namco a beau avoir 23 ans bien sonnés, elle est toujours en forme. Conçu à l’aide du moteur graphique Unreal Engine, ce septième épisode d’Ace Combat propose donc des combats endiablés, des environnements de plus en plus fous, et aussi une histoire, pour ceux que cela intéresse.

Il y a effectivement un contexte à cette explosion de violence dans les airs: quelque chose à propos de deux nations qui se sont livré plusieurs guerres au cours des dernières décennies, et qui en viennent de nouveau aux armes, pour le plus grand bonheur des amateurs de la gâchette. Bien honnêtement, la faute n’en est pas aux développeurs, qui font certainement leur possible pour créer une trame narrative cohérente, mais pour les néophytes de la série, ou peut-être même pour les habitués, ce verbillage sur la destinée d’une nation ou sur l’importance de l’indépendance des petites nations face à un royaume expansionniste manque sensiblement d’intérêt. D’autant plus que l’on nous raconte l’histoire de protagonistes dont on ne vit l’existence que de loin, plutôt que de nous expliquer, par exemple, les origines du personnage dans la peau duquel nous nous glissons pour ensuite fendre l’air dans un chasseur de combat.

Non, le véritable intérêt de ce septième Ace Combat, ce sont bel et bien les batailles aériennes. Celles-ci débutent de façon relativement tranquille, avec des engagements dans des cieux bien dégagés, mais l’on se retrouve rapidement dans des nuages, entre deux éclairs, à tenter d’éviter des falaises meurtrières à moitié cachées par le brouillard. Le tout en affrontant des drones et en évitant des missiles, bien entendu.

Pour émerger victorieux des engagements, il est possible d’utiliser une manette de console, voire un manche à balai et une manette des gaz, mais le clavier et la souris sont tout aussi utilisables. On n’a ensuite qu’à sauter dans l’un de la quinzaine d’avions peu à peu mis à notre disposition, et nous voilà à tirer des dizaines de missiles contre autant d’ennemis et à foncer vers le soleil couchant, notre moteur chauffé à blanc derrière nous.

En ce sens, Ace Combat vient combler le rêve de tous ceux qui ont vu Top Gun en étant jeunes, ou ceux qui ont joué à des jeux d’arcade tels Afterburner. Les lois de la physique sont ainsi largement ignorées, tout comme celles dictant qu’il est généralement impossible d’embarquer des dizaines de munitions à bord d’un avion. Pas question, non plus, d’être assommé par la gravité lors d’un virage trop serré. Qu’à cela ne tienne, on s’amuse follement.

Ce qui nous amuse moins, toutefois, c’est cette impossibilité, une fois en vol, de consulter les différentes commandes. Pas même les modifier (ce qui serait logique), non, simplement les afficher à l’écran. Il faudra plutôt annuler la mission en cours, puis retourner au menu principal. Pour un jeu publié en 2019, il est inconcevable que ces méthodes de programmation existent encore. Idem pour la possibilité de modifier la difficulté en cours de campagne, ce qui est carrément impossible. S’agit-il de paresse de la part des développeurs?

Quoi qu’il en soit, ce qu’Ace Combat 7 accomplit bien est particulièrement agréable. De quoi, certainement, se plonger dans le jeu pour quelques duels aériens enlevants. Pour le reste, cela reste à voir!

Ace Combat 7: Skies Unknown

Développeur / éditeur: Bandai Namco

Plateformes: Xbox One, PlayStation 4, Windows (testé sur Windows / Steam)

Interface et sous-titres disponibles en français


Autres contenus:

Monster Jam – Steel Titans, le tour de machine

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre