Les Moomins se retroussent les manches pour protéger la mer Baltique

1

Si la créatrice des Moomins, Tove Jansson, voyait l’état de la mer Baltique aujourd’hui, elle approuverait l’objectif d’amasser un million d’euros pour financer un projet de conservation, pense sa nièce et directrice artistique de Moomin Characters Ltd, Sophia Jansson, rapportait Yle, la radiotélévision publique de Finlande, le 18 juillet. 

L’idée d’utiliser les personnages du fameux dessin animé finlandais vient du président-directeur général de la compagnie Moomin Characters Ltd, Roleff Kråkström en prenant conscience de l’effet des algues bleues sur l’étendue d’eau entre la Suède et la Finlande. La campagne de la mer Baltique sera lancée en 2020, ce qui coïncide avec le 75e anniversaire de la publication de la première histoire de Moomin, The Moomins and The Great Flood.

«La mer est présente dans toutes les histoires de Moomin et correspondait à la personnalité de Tove, dans sa production et dans son cœur. Elle a vécu près de la mer et dans l’archipel toute sa vie», explique Sophia Jansson.

Les fonds amassés par la campagne des Moomins financeront un projet de conservation mené par la John Nurminen Foundation. Plus de 50 compagnies et organisations souhaitent déjà y contribuer.

Selon le chercheur à la Finnish Research Institute SYKE, Seppo Knuuttila, 60% du dépôt de phosphore dans le golfe de Finlande, provoquant l’émergence d’algues bleues nuisibles, provient en grande partie du traitement des eaux usées en Russie. Cependant, il ne faut pas négliger le phosphore issu des engrais utilisé dans l’agriculture de l’ensemble des États qui bordent la mer Baltique, du Danemark à l’Estonie en passant par la Pologne.

«Habituellement, les Moomins règlent les problèmes d’une façon harmonieuse et bonne, avec cette attitude positive, je crois que beaucoup peut-être accompli», a confié Sophia Jansson.

Les Moomins ont également contribué à l’aménagement du nouvel hôpital pour enfants (HUS) de la capitale Helsinki, et ce avec brio.


Autres contenus:

Planter des arbres est une solution, mais pas la solution

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: Un réchauffement sans précédent depuis 2000 ans - Pieuvre.ca

Répondre