Les fourmis australiennes se préparent à « l’Armageddon des insectes »

2

Des chercheurs ont étudié des fourmis pendant 22 ans dans le désert de Simpson, en Australie, et ont découvert que les changements survenus dans le climat local, comme des augmentations à long terme des précipitations, combinés aux efforts des humains pour restaurer les écosystèmes, pourraient avoir mené à une augmentation du nombre d’espèces, contrairement aux déclins qui pourraient être attendus dans de telles conditions.

La principale chercheuse en charge de l’étude, la professeure adjointe Heloise Gibb, a indiqué que les précipitations annuelles dans ce désert du nord de l’Australie variait entre 79 et 570 millimètres.

« Si ce côté imprévisible des pluies est attendu dans un contexte de climat chaud, il s’agit de la première fois où nous avons pu comprendre la façon dont les insectes réagissent à de telles disparités dans leur environnement », a-t-elle déclaré.

« Pour plusieurs espèces, cet aspect imprévisible, qui est exacerbé par les changements climatiques, équivaudrait à des conditions de survie de plus en plus difficiles. Ce que nous avons découvert, cependant, c’est qu’en contraste avec les avertissements à propos d’un déclin à long terme des insectes, des espèces déjà à l’aise avec des températures élevées pourraient mieux sans tirer lorsque les précipitations augmentent. »

Toujours selon la professeure Gibb, des chercheurs ont constaté un « baby boom » chez les fourmis avec la dent sucrée à chaque fois que les précipitations augmentaient rapidement.

« L’eau est le facteur qui permet de renforcer l’instinct de survie de cette espèce », a encore indiqué Mme Gibb.

« Ces fourmis sont capables d’ajuster leurs heures d’activité pour ne sortir que lorsque les conditions sont acceptables à la surface. »

Les chercheurs ont constaté que la croissance des populations de fourmis reflétaient les changements dans les quantités de ressources disponibles.

« Après les pluies, les plantes poussent, fleurissent et répandent leurs graines, en plus de fournir du nectar et une source de nourriture pour d’autres invertébrés que mangent les fourmis », a précisé Mme Gibb.

Des résultats similaires ont été obtenus avec d’autres espèces de fourmis vivant aux alentours, même si leur adaptation a été un peu plus lente.


Autres contenus:

Planter des arbres est une solution, mais pas la solution

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

2 commentaires

  1. Pingback: Vers un contrôle génétique des espèces nuisibles? - Pieuvre.ca

  2. Pingback: L’opossum, un marsupial repoussant, mais très utile - Pieuvre.ca

Répondre