Shazam!, le plus rigolo des superhéros

2

Vu le nombre impressionnant de films de superhéros prenant l’affiche depuis quelques années, on pourrait penser qu’une certaine fatigue s’installe, mais étonnamment, Shazam!, disponible cette semaine en 4K, Blu-ray et DVD, offre une variation rafraîchissante sur un thème archi-exploité.

Depuis maintenant plus de quatre décennies, le dernier membre de l’ancien Conseil des Sages, un sorcier sentant sa mort approcher, cherche sans relâche un successeur digne de confiance pour reprendre le flambeau, et protéger l’humanité contre les sept péchés capitaux. Son dernier espoir est un orphelin du nom de Billy Batson, qui, malgré son comportement délinquant et ses fugues constantes des foyers d’accueil, possède un cœur pur. Le jeune homme de quatorze ans deviendra donc l’héritier d’une longue lignée magique, et en prononçant simplement le mot « Shazam », il se voit investi de la sagesse de Salomon, de la force d’Hercule, de l’endurance d’Atlas, de la foudre de Zeus, du courage d’Achille et de la vitesse de Mercure, mais entre les mains d’un adolescent immature, ces pouvoirs seront-ils utilisés à bon escient?

La pochette du boîtier

Mettant en vedette un garçon de quatorze ans qui se retrouve non seulement dans le corps d’un adulte, mais dans celui d’un superhéros, Shazam! évoque un croisement entre Big et Superman. En partant, le jeune Billy Batson n’est ni blasé ni torturé, au contraire, et il se montre tellement enthousiasmé par ses propres pouvoirs que son attitude insuffle un vent de fraîcheur à l’ensemble du film. Au-delà de l’inévitable histoire d’origine que raconte le scénario (et qui respecte fidèlement la mythologie des comics), attribuer des habiletés surhumaines à un adolescent offre le prétexte parfait pour multiplier les gags, et on apprécie beaucoup l’humour, pas toujours politiquement correct, du long-métrage. Au début, Billy utilisera par exemple son apparence et ses habiletés pour acheter de la bière, aller dans un bar de danseuses, ou détraquer un guichet automatique, une attitude peu héroïque, mais très drôle.

Si les jeunes membres de la distribution, dont Asher Angel (Billy Batson) et Jack Dylan Grazer (Freddy), tirent plutôt bien leur épingle du jeu, il est difficile d’imaginer un meilleur choix pour la version adulte de Shazam que Zachary Levi. Sans être aussi cru ou vulgaire, l’acteur a quelque chose d’un jeune Andrew Dice Clay, et il réussit à donner l’impression d’un adolescent habitant un corps d’adulte, avec son exubérance, son insouciance, et son irresponsabilité. Dans le rôle de Thaddeus Sivana, Mark Strong (Green Lantern, Kingsman: The Secret Service) livre un vilain somme toute classique, mais efficace. Petit clin d’œil à son rôle de Lionel Luthor dans Smallville, John Glover joue à nouveau le père du méchant, et un Djimon Hounsu hirsute incarne le vieux sorcier qui lèguera ses pouvoirs à Billy Batson.

Image tirée du film

Comme on peut s’y attendre d’un film de superhéros, Shazam! contient des scènes d’action à grand déploiement, et des effets spéciaux donnant vie à son monde de magie, dont des personnes se désintégrant en quelques secondes pour ne laisser qu’un tas de cendres fumantes, des démons hideux représentant les sept péchés capitaux, ou des batailles effrénées dans les nuages, mais au-delà du spectacle, le réalisateur David F. Sandberg (surtout connu pour ses films d’horreur, comme Lights Out ou Annabelle: Creation) manie aussi bien les scènes émotives que la comédie. À elle-seule, la séquence où le jeune Billy Batson tente de répertorier l’étendue de ses pouvoirs est digne d’anthologie, tout comme ses tentatives pour se trouver un nom (Thundercrack? Sir Zaps-a-Lot?), et cet humour se retrouve jusque dans le générique de fin, défilant au son de la très appropriée chanson I Don’t Want To Grow Up des Ramones.

Shazam! est disponible en édition Combo Pack, incluant le film sur disques Blu-ray et DVD, et s’accompagnant d’un code pour télécharger une copie numérique. La production n’a pas lésiné sur le matériel supplémentaire, et en plus de 10 scènes retirées du montage et de la version alternative de six autres, d’un Making Of d’une trentaine de minutes et d’un montage des décrochages les plus drôles survenus sur le plateau, on trouve aussi une revuette consacrée à l’acteur principal Zachary Levi, une autre sur les six jeunes du foyer d’accueil, un document dévoilant des secrets de tournage, un autre explorant l’univers de la bande dessinée, ainsi qu’un court métrage d’animation intitulé Superhero Hooky.

Avec son superhéros irresponsable et immature, Shazam! réussit là où Hancock a échoué, et non seulement s’avère-t-il meilleur qu’Aquaman, il s’agit probablement du film le plus amusant de tout l’univers cinématographique de DC.

8/10

Shazam!

Réalisation : David F. Sandberg

Scénario : Henry Gayden et Darren Lemke (d’après des personnages créés par Bill Parker et C.C. Beck)

Avec : Zachary Levi, Mark Strong, Asher Angel, Jack Dylan Grazer, Adam Brody, Djimon Hounsou et John Glover

Durée : 132 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Retrouver l’enfant en soi, avec Little

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique Shazam! - Patrick Robert

  2. Pingback: Fantasia – Astronaut, la tête dans les nuages - Pieuvre.ca

Répondre