Le vin rouge pourrait ouvrir la voie à la technologie prête-à-porter

1

Une équipe de scientifiques cherchent à déclencher une révolution dans le milieu de la technologie « prête-à-porter » en créant des fibres flexibles et en y ajoutant des acides tirés du vin rouge.

Le fait d’extraire des acides tanniques du vin rouge, du café ou du thé noir ont mené une équipe de chercheurs de l’Université de Manchester à développer des appareils technologiques portables bien plus durables et flexibles. L’ajout des tanins a permis d’améliorer les propriétés mécaniques de matériaux comme le coton pour développer des senseurs portables destinés à la réhabilitation, augmentant fortement, du même coup, la durée de vie des appareils en question.

L’équipe a mis au point des équipements tels que des détecteurs de respiration et des mains artificielles destinées aux conditions extrêmes en améliorant la durabilité des senseurs flexibles.

Précédemment, la technologie portable était prompte à connaître des ratés après avoir été pliée à plusieurs reprises, ce qui peut interrompre la conductivité de tels appareils en raison de microfissures. Améliorer cette résistance pourrait mener à des capacités technologiques à la durée de vie plus importante, affirment les scientifiques.

Selon le Dr Xuqing Liu, qui a dirigé l’équipe de recherche, cette méthode est employée pour « développer de nouveaux appareils flexibles, portables et qui permettent de « respirer » ».

« Lorsque du vin rouge, du café ou du thé noir sont renversés sur des vêtements, il peut être difficile de s’en débarrasser. La principale raison est qu’ils contiennent tous de l’acide tannique, qui peut fortement absorber le matériau présent à la surface de la fibre. Cette bonne adhésion est exactement ce qu’il nous faut pour des appareils portables et conducteurs. »

La nouvelle étude, publiée dans Small, indique que sans cette couche d’acide tannique, la conductivité est plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de fois moins importante que celle des matériaux conducteurs traditionnels, puisque la couche conductrice se détache aisément de la surface du textile en raison des mouvements du tissu.

L’équipe de recherche a utilisé des tanins disponibles sur le marché, mais a également tenté d’immerger le tissu directement dans des solutions de vin rouge, de thé noir et de café, où ils ont obtenu les mêmes résultats. Au final, cette nouvelle méthode pourrait entraîner une réduction des prix des technologies portatives, ainsi qu’une amélioration de leur confort et de leur robustesse.

La conductivité améliorée obtenue grâce à des sources naturelles pourrait permettre aux développeurs des nouvelles technologies d’utiliser des tissus plus confortables, comme le coton, pour remplacer le nylon. Il pourrait également être possible d’imprimer des circuits électroniques directement sur la surface des vêtements.


Autres contenus:

Le nouveau télescope d’Hawaï plus près de voir le jour

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Un commentaire

  1. Pingback: Pour-bientot.com

Répondre