Une autre beignerie renonce à l’Islande

0

Ouverte depuis trois ans en Islande, la chaîne de restauration rapide Krispy Kreme, spécialisée dans le beigne moelleux, ferme ses trois points de vente à Kringlan, Skeifan et Smáralind, rapporte Reykjavik Grapevine le 2 juillet.

Après que Dunkin’ Donuts eut fermé ses deux succursales dans la région de la capitale islandaise, les deux premiers points de vente de la beignerie Krispy Kreme ont tiré le rideau le 1er juillet. Les Islandais n’auront qu’au 1er octobre pour faire le plein de beignes moelleux sous la bannière rétro dont la mission est: to make the awesome doughnuts on the planet every day.

«La vaste majorité de notre équipe est avec nous depuis que nous avons ouvert au mois de novembre 2016 et performe fantastiquement. Ils méritent de hautes louanges pour leur travail», a affirmé le directeur des opérations Viðar Brink en ajoutant qu’il a rarement connu une équipe aussi travaillante dans sa carrière.

Qu’ils aient servi de décors pour le vidéoclip Bonjour la police de Rock et Belles Oreilles ou qu’ils nous font voyager dans le temps en nous servant les mêmes anneaux à la friture depuis 1937, les beigneries commerciales sont confrontées au même problème sur l’île polaire: des coûts de production trop élevés pour une faible demande pour des beignes.

Moins d’un an après que le premier Dunkin’ Donuts a mis le pied en Islande, Krispy Kreme a planté son drapeau à Reykjavik. La demande pour une avalanche de beignes avait été surestimée. Les Islandais vont continuer à déguster leurs pâtisseries traditionnelles disponibles à la grandeur du pays.

Le clown Ronald de la double arche jaune a également jeté la serviette en 2009.


Autres contenus:

Les influenceurs donnent (souvent) de mauvais conseils en alimentation

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre