La Galerie de Machine de cirque, un spectacle en apesanteur

2

Du 4 au 14 juillet, Machine de cirque présente le spectacle La Galerie. À découvrir à la TOHU, dans le cadre de Montréal complètement cirque.

Murs immaculés, tableaux abstraits, flûtes de mousseux, cordons de sécurité et amateurs d’art tirés à quatre épingles. La troupe Machine de cirque nous convie au vernissage de son spectacle La Galerie. Sur des mélodies égrenées au saxophone, les sept acrobates défient l’apesanteur dans une chorégraphie à la croisée du cirque et de la danse contemporaine.

Stupéfiants, certains portés sont à couper le souffle, tandis que le numéro de jonglerie tient presque de la prestidigitation. Les quilles voltigent entre les artistes et nous ramènent à la galerie, où des collectionneurs en goguette passent outre les cordons de sécurité. Ils se livreront bientôt à une vente aux enchères de haut vol, théâtre d’un sensationnel numéro de barre russe teinté d’humour.

© Emmanuel-Burriel

Après une succession de panneaux haletants, le spectacle ralentit le rythme avec un numéro de roue allemande plus effacé. Dans l’envers du décor, quelques clowneries saveur pop-corn nous mènent aux prouesses que les acrobates accomplissent en planche coréenne.

Les petites failles rendent les artistes humains, l’exercice risqué, et lorsque le deuxième essai est couronné de succès, on ne peut que soupirer de soulagement et d’admiration. Le spectacle s’achève sur une performance, comme un pied de nez à l’expressionnisme abstrait, si l’on en croit le ton goguenard instillé dans La Galerie.

© Loup-William Théberge


Autres contenus:

« Quasi niente », le rien ou presque de la vie au Festival TransAmériques

Partagez

À propos du journaliste

Stéphanie Linsingh

Diplômée en journalisme, Stéphanie s’est ensuite formée à l’histoire du rock, à la critique théâtrale et à la communication web. Passionnée par la culture (arts de la scène, littérature et expos en tête), elle a des fourmis dans les doigts – mais pas d’araignée au plafond, c’est déjà ça – et elle adore apprendre de nouvelles choses (danser le swing, coudre, tricoter…).

2 commentaires

  1. Pingback: La TOHU, une 16e saison qui combine formule gagnante et audace - Pieuvre.ca

  2. Pingback: Madame Catherine prépare sa classe à une leçon de survie - Pieuvre.ca

Répondre