Voir double, avec Us

3

Bien qu’il soit issu de la comédie, Jordan Peele est en train de se tailler une place de choix dans le monde de l’horreur depuis quelques années, et après le très remarqué Get Out, le réalisateur récidive avec Us, un film d’épouvante particulièrement réussi.

Alors qu’elle visitait un parc d’amusement de Santa Cruz en 1986, la jeune Adelaide a échappé à la vigilance de ses parents, et s’est rendue dans le Palais des glaces, où elle est tombée nez à nez non pas avec un simple reflet, mais bien avec une fillette lui ressemblant comme deux gouttes d’eau, un événement qui l’a profondément traumatisée. Maintenant adulte, Addy débarque, comme chaque année, dans sa maison d’enfance californienne pour y passer les vacances d’été en compagnie de son mari Gabe et de leurs deux enfants, Zora et Jason, mais le soir venu, quatre mystérieux inconnus vêtus de combinaisons rouges, qui s’avèrent être les copies conformes de chaque membre de la famille, font irruption dans leur domicile, et les prennent en otage. Commence alors un jeu meurtrier entre Addy, Gabe, Zora, Jason, et leurs doubles maléfiques, qui semblent bien déterminés à prendre leur place.

La pochette du boîtier

Soyons honnêtes : quand on aime le cinéma d’horreur, il faut se taper beaucoup de navets compensant leur manque d’originalité par une orgie d’hémoglobine avant de tomber sur une perle, et Us compte parmi ces rares œuvres qui nous réconcilient avec le genre. Plutôt que de reprendre les mêmes formules éculées et les sempiternels fantômes, démons, tueurs en série ou épidémies de zombies, Jordan Peele donne un nouveau visage à la peur, en utilisant le mythe des doppelgängers, ces versions alternatives et souvent maléfiques d’un individu, pour aborder le monstre qui sommeille en chacun de nous. Maniant la tension de main de maître, le film s’appuie davantage sur l’étrangeté de son monde que sur les effets-chocs, ce qui s’avère au final bien plus terrifiant que du simple gore, peu importe la quantité étalée.

En plus de privilégier les effets pratiques aux images par ordinateur, ce qui contribue à ancrer son univers déjanté dans la réalité, Jordan Peele mise avant tout sur le jeu des acteurs pour créer le malaise, et tous les comédiens dans Us ont dû travailler deux fois plus fort, puisqu’ils incarnent à la fois leur personnage, et leur double démoniaque. La performance de Lupita Nyong’o (12 Years a Slave, Black Panther) crève l’écran, et autant elle est réservée dans la peau d’Adelaide, autant elle s’avère complètement désaxée dans celle de Red, son alter ego au regard vitreux se déplaçant comme un insecte. La distribution compte aussi la participation de Winston Duke (Black Panther), d’Elisabeth Moss (Handmaid’s Tale), et de Tim Heidecker (du très étrange duo Tim & Eric). Même les jeunes Evan Alex (Jason) et Shahadi Wright Joseph (Zora) livrent des doppelgängers lugubres à souhait.

Image tirée du film

L’édition Combo Pack de Us contient le long-métrage sur disques Blu-ray et DVD, et s’accompagne également d’un code donnant accès à une copie numérique. On retrouve pas moins de cinquante minutes de matériel supplémentaire sur l’édition, dont plusieurs scènes retirées du montage, et une foule de revuettes fort instructives portant sur la figure du doppelgänger dans la littérature et la culture populaire, sur les défis de jouer deux versions diamétralement opposées du même personnage pour les acteurs, sur la transformation remarquable de Lupita Nyong’o en Red, ou encore les infuences, et le type d’horreur, qu’affectionne Jordan Peele.

Loin des reboots, des remakes, et des suites interminables qui caractérisent trop souvent ce genre cinématographique, Us nous rappelle à quel point les films d’horreur peuvent être agréables (et pertinents) quand ils s’appuient sur davantage que la violence gratuite.

7.5/10

Us

Réalisation et scénario : Jordan Peele

Avec : Lupita Nyong’o, Winston Duke, Elisabeth Moss, Tim Heidecker, Shahadi Wright Joseph et Evan Alex

Durée : 116 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Black Mirror, saison 5: dystopie aux tons de beige

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

3 commentaires

  1. Pingback: Critique Us - Patrick Robert

  2. Pingback: Avec Child's Play, jouer, c'est aimer - pieuvre.ca

  3. Pingback: Spider-Man: Far From Home – Confiance aveugle - Pieuvre.ca

Répondre