Détroit d’Ormuz: l’ONU appelle au calme en pleine enflure verbale

0

Calmer les esprits alors que ceux-ci s’échauffent: le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit inquiet, jeudi, à la suite de l’attaque présumée contre deux pétroliers dans le détroit d’Ormuz, un mois après que quatre autres navires chargés d’or noir eurent été endommagés dans la même région.

Jeudi, les États-Unis et l’Iran ont eu de nouveaux échanges acerbes, Washington et Londres accusant Téhéran d’être responsable de la nouvelle attaque, tandis que la République islamique a vivement démenti.

«Le gouvernement des États-Unis estime que la République islamique d’Iran est responsable des attaques de ce jour en mer d’Oman. […] Prises dans leur ensemble, ces attaques non provoquées représentent une menace claire pour la paix et la sécurité internationales, une attaque flagrante contre la liberté de navigation et une escalade des tensions inacceptable de la part de l’Iran », a ainsi déclaré Mike Pompeo, en présentant une vidéo qui viendrait appuyer ses dires.

« Nous sommes chargés de maintenir la sécurité dans le détroit (d’Ormuz) et nous avons secouru l’équipage des tankers attaqués dans le délai le plus court possible », a rétorqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, selon des propos rapportés par la radio publique, à leur tour repris par Reuters.

« Bien sûr, accuser l’Iran d’être responsable de ces malheureux incidents est la méthode la plus simple et la plus commode pour Pompeo et pour les autres responsables américains. Ces accusations sont alarmantes. »

Séparant l’Iran, Oman et les Émirats arabes unis, le détroit d’Ormuz, qui relie le golfe Persique au golfe d’Oman, est une voie maritime essentielle pour le commerce mondial de pétrole. L’Iran a menacé à plusieurs reprises, ces dernières années, de « fermer » le détroit, ce qui provoquerait une importante crise pétrolière mondiale.

« Les faits doivent être établis et les responsabilités précisées. S’il y a quelque chose que le monde ne peut pas se permettre, c’est une confrontation majeure dans la région du Golfe », a ajouté M. Guterres, lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à la coopération avec la Ligue des États arabes.


Autres contenus:

L’ONU déploie des observateurs au Yémen

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre