Le Costa Rica exporte ses papillons

1

Au café, aux bananes et aux ananas traditionnellement importés d’Amérique centrale, s’ajoute l’élevage des chenilles dont le Costa Rica est le plus grand exportateur pour les laboratoires, les musées et l’artisanat, rapporte El País le 31 mai.

Parmi les 1500 espèces de papillons diurnes qui vivent au Costa Rica, moins de 100 espèces figurent dans le catalogue des nymphoses en vente. Le fameux papillon bleu pouvant mesurer jusqu’à 20 cm s’y trouve. Les États-Unis, l’Europe, les Émirats arabes unis, la Russie et le Mexique sont les principales destinations.

«C’est une activité qui a pris de l’ampleur dans la dernière décennie et qui s’est développée selon un modèle social très particulier, sans grands producteurs et avec un grand respect pour la nature. C’est un secteur qui symbolise très bien ce qu’est le Costa Rica», explique le directeur des dix entreprises d’exportation de l’insecte, Suministros Entomologicos Costarricense (Secsa), Sergio Siles.

Jenny Víquez a laissé sa carrière d’ingénieure en informatique afin de se dédier à l’élevage de l’insecte pour son entreprise Vida de colores. Chaque jour, elle doit ensemencer les arbres qui alimentent les larves, les élague, les couvre avec des toiles pour éviter que les oiseaux et les araignées les mangent et surveiller le moment quand les nymphoses se forment.

Prêtes à l’exportation, les nymphoses se vendent au prix courant, soit 2$ à l’intérieur du pays et 4$ à l’étranger. La valeur totale des exportations pour le petit pays centraméricain a atteint 20 570 $ millions en 2018, l’équivalent de 34,2% de son produit intérieur brut (PIB).

Retour dramatique

Au cours des 20 dernières années, l’augmentation de la température en Finlande avoisinant celle des pays baltes et du nord de la Pologne plus au sud a fait revenir des espèces de papillons disparues, dont le Grand Mars changeant, le Carte géographique et le Catocala fulminea, rapporte Yle le 11 juillet 2018.

«Mes filets ont attrapé des espèces qui n’ont pas été vues depuis 10 ou 15 ans dans cette région. Les autres amateurs de papillons l’ont remarqué aussi. Vous pouvez aussi voir comment le genre d’été que nous avons va affecter les insectes de l’été prochain», a affirmé l’amatrice de papillons de la communauté de Turenki, Jonna Viisainen.

À cause du réchauffement climatique, la Finlande reçoit des vagues de chaleur au point que certaines régions de la Finlande, dont l’Ostrobotnie avec 20,2 degrés Celsius, étaient plus chaudes que celles d’Espagne, rapporte Yle le 23 avril.

«À travers les expositions de papillons, les gens se sensibilisent à la biodiversité dans les tropiques. Le papillon est charismatique, c’est un véhicule qui connecte la nature et l’être humain autour du monde», a affirmé l’entomologiste de la Universidad de Costa Rica (UCR), Ricardo Murillo.


Autres contenus:

Gadheim, centre de l’Union européenne post-Brexit

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: Un anaconda porté disparu pendant deux semaines en Finlande - Pieuvre.ca

Répondre