En Chine, le retour de la Petite Reine

2

Face aux embouteillages et à la pollution atmosphérique, les Chinois ressortent leurs vieux vélos des placards, quand ils n’optent pas plutôt pour de nouveaux services de transport 2.0, rapportent les Nations unies dans une nouvelle note d’information publiée en ligne.

Autrefois, les bicyclettes dominaient les rues des villes de la Chine, et le pays était considéré comme le « royaume de la bicyclette ».  Mais, au cours des quatre dernières décennies, la prospérité économique et l’urbanisation spectaculaires ont fait de l’automobile le principal moyen de transport, contribuant à une détérioration marquée de la qualité de l’air.

À Hangzhou, dans l’est de la Chine, une ville autrefois décrite par Marco Polo comme « la ville la plus belle et la plus splendide au monde », la pollution atmosphérique a forcé les autorités à miser sur le vélo, y compris en développant des applications spécialisées.

Au cours de la dernière décennie, souligne l’ONU, le gouvernement local a amélioré les infrastructures cyclables, telles que les pistes et les signalisations à destination des cyclistes, et a fourni près de 86 000 vélos publics. Une carte à puce permet aux utilisateurs d’accéder facilement à tous les moyens de transport public, du vélo au bateau en passant par le bus.

« Au total, il y a eu 760 millions de déplacements, soit près de la moitié de la population de la Chine », déclare Tao Xuejun, directeur général du Service public des bicyclettes de Hangzhou. « Jusqu’à présent, plus de 400 villes en Chine ont adopté notre projet. Notre rêve est de promouvoir notre modèle en Chine et dans le monde entier ».

À Pékin, la capitale, l’une des villes les plus polluées du monde, on soutient avoir réduit d’un tiers la concentration de particules fines dans l’air, et ce malgré la forte croissance du transport automobile et l’utilisation du charbon dans les centrales énergétiques et dans certains domiciles. Les autorités municipales ont implanté, depuis des années déjà, des journées alternées de conduite pour les propriétaires de véhicules. Et la bicyclette, là aussi, effectue un retour remarqué, histoire de désengorger les artères et améliorer le mauvais bilan en matière de pollution aérienne.

À ce jour, cependant, la pollution de l’air par les particules fines dans l’atmosphère de Beijing est encore 7,3 fois supérieure au niveau de sécurité annuel de l’OMS.

« Pékin a réalisé des améliorations impressionnantes de la qualité de l’air en peu de temps », a néanmoins déclaré Dechen Tsering, la directrice du Bureau régional Asie-Pacifique de l’ONU pour l’environnement.


Autres contenus:

Blasphème, apostasie et conversions religieuses: signal d’alarme de l’ONU

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

2 commentaires

  1. Pingback: Des idées pour la mobilité au festival Eurêka – Enjeux énergies et environnement

  2. Pingback: Des idées pour la mobilité au festival Eurêka - pieuvre.ca

Répondre