Les bibliothèques, ces complices des librairies

1

Les bibliothèques d’ici et chez nos voisins du Sud ne sont pas en concurrence directe avec les librairies, mais servent plutôt à encourager l’achat de romans, essais et autres bouquins, révèle un récent sondage effectué par l’organisation BookNet Canada, et dont les conclusions ont été rendues publiques la semaine dernière.

Le rapport tiré de ce coup de sonde, intitulé Borrow, Buy, Read, porte sur diverses questions posées à 14 150 répondants, dont environ 60% ont indiqué ne pas avoir ni emprunté, ni acheté de livre l’an dernier. Cependant, chez les 40% restants, nombreux sont ceux qui ont à la fois emprunté et acheté des livres durant la dernière année.

Ainsi, si les acheteurs de livres faisaient l’acquisition de 2,8 livres par mois en moyenne, les acheteurs-emprunteurs, eux, achetaient plutôt 3 livres par mois. Quand aux « simples » acheteurs, soit ceux qui n’avaient pas visité de bibliothèque, leur moyenne s’établissait plutôt à 2,6 livres par mois.

La plus forte corrélation s’établit chez les lecteurs ayant visité une bibliothèque entre 10 et 14 fois durant l’année: ceux-ci ont fait l’achat d’environ 6,1 livres par mois. Il ne s’agit toutefois que de 2% des cas. À plus forte occurrence, on retrouve ceux qui se sont rendus dans une bibliothèque lors d’une à quatre occasions, avec leur achat de 2,7 livres par mois (43%), et ceux qui n’ont jamais visité de bibliothèque (45%).

Chez ces emprunteurs-acheteurs, 41% d’entre eux ont acheté un livre papier, tandis que 12% se sont plutôt tournés vers les livres électroniques. Quant aux livres audio, ils ont été choisis par 4% de ces emprunteurs-acheteurs, rapporte BookNet Canada.

Inciter à l’achat

En ce qui concerne les raisons ayant poussé à un achat de livre, le coup de sonde indique que 28% des emprunteurs-acheteurs étaient passés à la caisse parce qu’ils s’intéressaient au sujet ou à l’auteur; 23% ont plutôt indiqué avoir appris l’existence du livre après avoir précédemment lu des titres du même auteur. Enfin 3% des emprunteurs-acheteurs ont mentionné avoir arrêté leur choix après une recommandation du personnel de la librairie. Au total, les achats guidés par des recommandations représentent 19% des transactions littéraires, révèle le sondage.

Chose intéressante, 8% des achats découlent d’une lecture préalable, possiblement lors d’un emprunt à la bibliothèque.


Autres contenus:

Club de lecture – Third Reich, stratégie et chaos

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Un rapport montre les liens entre l’emprunt et l’achat de livres par les individus

Répondre