Mercure rétrograde et ce qu’il faut savoir sur l’astrologie

0

« Mercure ralentit sa trajectoire trois semaines, trois fois par année et ça a un impact sur nous », affirmait récemment l’animatrice Véronique Cloutier dans le cadre de l’émission Bonsoir bonsoir, à Radio-Canada. Vous vous doutez bien que le Détecteur de rumeurs a des doutes sur l’astrologie. Mais la question n’est pas là. Il convient plutôt de se demander s’il est exact que « Mercure ralentit » — et d’où vient cette idée.

L’origine de la rumeur

« Mercure rétrograde ». L’expression est devenue courante dans la culture populaire et on la retrouve sur une multitude de sites d’astrologie, de magazines populaires et de mèmes. Mais en réalité, l’origine de l’expression est très ancienne : elle remonte à l’époque où l’on croyait que la Terre était au centre de l’univers, avec les planètes qui lui tournaient autour.

Il y a des milliers d’années, les premiers astronomes avaient en effet constaté qu’au milieu des milliers d’étoiles, cinq d’entre elles avaient un mouvement étrange : on les appela planètes (en grec, « planêtês » qui veut dire errant vagabond). Elles se déplaçaient soir après soir dans le ciel nocturne, suivant une ligne droite, mais à intervalles irréguliers, elles se mettaient soudain à ralentir puis à reculer pendant des semaines ou des mois, avant de reprendre leur trajectoire régulière. L’astronome grec Ptolémée, en l’an 150, appela ce phénomène le mouvement rétrograde, du latin retrogradus qui signifie « un pas en arrière ».

Les anciens astronomes, avant Nicolas Copernic et Johannes Kepler au 16e siècle, avaient élaboré des modèles complexes pour tenter d’expliquer ce mouvement rétrograde : chaque planète, disaient-ils, suivait non seulement une course circulaire autour de la Terre mais en plus, effectuait à intervalles réguliers un virage sur sa droite pour parcourir un plus petit cercle.

L’explication

Aujourd’hui, l’explication est connue. La planète ne ralentit pas et elle ne recule évidemment pas. C’est une illusion causée par le fait que toutes les planètes tournent autour du Soleil, mais qu’aucune n’est à la même distance du Soleil. Ainsi, alors que la Terre fait un tour en 365 jours, Mercure ne met que 88 jours. Par conséquent, trois ou quatre fois par année, pendant environ trois semaines, Mercure nous donne l’impression de ralentir puis de reculer.

Les vulgarisateurs utilisent souvent la métaphore du train. Vous êtes dans une voiture, sur l’autoroute, et vous dépassez un train. Pendant quelques secondes ou quelques minutes, le train donne l’impression de reculer, mais c’est uniquement parce qu’il avance plus lentement que vous.

Les présupposés de l’astrologie

Dès lors, pourquoi ce qui n’est qu’une illusion d’optique aurait-il une influence sur nos vies? Ceux qui attribuent une influence à ce mouvement rétrograde se gardent généralement d’élaborer, comme on le constate par ce passage du magazine français Marie-Claire qui admet que ce n’est qu’une illusion d’optique — tout en évitant d’expliquer quoi que ce soit.

On dit qu’une planète est rétrograde quand elle change le sens de sa course dans le ciel: elle ralentit d’abord, puis stagne au même endroit pour ensuite se mouvoir en marche arrière. On vous voit venir les astro-sceptiques: évidemment que ce mouvement de retrait n’est qu’une illusion d’optique. Toutefois pour les astrologues et les passionnés des mouvements du ciel, ces phases coïncident avec des changements psychologiques majeurs : alors qu’elle part à reculons, l’énergie de la planète en question ne peut plus s’exprimer pleinement, et cela [cause]des dérèglements internes ou des ralentissements chez certains individus.

Cette citation suppose donc qu’on accepte sans contester trois prémisses : qu’une planète émettrait une mystérieuse « énergie », que cette énergie aurait une influence sur la psychologie, et que cette énergie se diffuserait différemment quand la planète est « rétrograde ». Sur des sites d’astrologie, il faut en plus accepter une quatrième prémisse : Mercure aurait aussi une influence sur les automobiles, les ordinateurs, les télécommunications et les avions, la raison étant que Mercure est la planète censée gouverner les communications et les voyages. Pourquoi Mercure? Parce que chez les Romains, Mercure était le dieu qui servait de messager aux autres dieux.

À supposer qu’on accepte toutes ces prémisses, il faudrait en plus expliquer pourquoi la planète Mercure mériterait d’avoir autant d’attention, mais pas la planète Vénus, qui est pourtant plus près de nous.

Il va sans dire qu’aucun des sites consultés par le Détecteur de rumeurs (ou d’autres avant nous) n’a fourni la moindre étude statistique rigoureuse et validée par d’autres experts, montrant une corrélation entre les périodes rétrogrades de Mercure et, par exemple, le nombre de bogues informatiques recensés. Mais ceci pourrait être le sujet d’un autre texte.


Autres contenus:

Les archéologues affrontent eux aussi les fausses nouvelles

Partagez

Répondre