Quand les chercheurs atteignent les limites des prévisions météo

0

À l’avenir, les bulletins météo qui comptent des prévisions sur les tempêtes à venir et qui nous aident à prévoir notre journée pourraient être disponibles jusqu’à cinq jours plus rapidement, avant d’atteindre les limites des modèles de prévision, affirment des chercheurs.

« La question qui est posée depuis la création de notre champ d’expertise porte sur la limite ultime en vertu de laquelle nous pourrons prédire le temps qu’il fera », mentionne Fuqing Zhang, professeur émérite de météorologie et de sciences atmosphériques à l’Université Penn State. « Nous croyons avoir trouvé cette limite, et en moyenne, celle-ci est d’environ deux semaines. »

Il est maintenant possible d’obtenir des prédictions météo fiables de neuf à 10 jours à l’avance sous les latitudes où vit la majorité de la population mondiale. De nouvelles technologies pourraient permettre de repousser cette limite de quatre ou cinq jours au cours des prochaines décennies, selon des travaux publiés dans le Journal of the Atmospheric Sciences.

Cette étude confirme une limite hypothétique évoquée depuis longtemps en matière de prévisions météorologiques, limite tout d’abord proposée au cours des années 1960 par Edward Lorenz, un mathématicien, météorologue et pionnier de la théorie du chaos, ont indiqué les chercheurs.

« Edward Lorenz a prouvé qu’il est impossible de prédire le temps qu’il fera au-delà d’une certaine limite, et ce même de façon théorique », mentionne Kerry Emanuel, professeur de sciences de l’atmosphère au MIT et coauteur de l’étude. « Nos travaux démontrent que cet horizon rattaché aux prévisions météo est d’environ deux semaines, ce qui est remarquablement près de l’estimation de M. Lorenz. »

L’imprévisibilité du développement des phénomènes météorologiques signifie que même avec des modèles parfaits et une compréhension des conditions initiales, il existe une limite à la précision avec laquelle les prévisions sont possibles à l’avance, soulignent les scientifiques.

« Nous avons utilisé des serveurs informatiques de pointe pour répondre à cette question fondamentale », a ajouté M. Zhang, qui est l’auteur principal de l’étude. « Je crois qu’à l’avenir, nous pourrons préciser cette réponse, mais notre étude démontre hors de tout doute qu’il existe une limite, bien que nous disposions d’une bonne marge de manoeuvre pour accroître l’avance de nos prévisions avant d’atteindre cette limite. »

Des améliorations dans les prévisions quotidiennes auront des impacts dans des domaines tels que les évacuation en cas de tempête, l’approvisionnement en énergie, l’agriculture et les feux de forêt.

« Nous avons accompli d’importants progrès en matière de prévisions météorologiques au cours des dernières décennies, et nous avons pu atteindre une avance de cinq jours de façon particulièrement fiable », a poursuivi M. Zhang, avant de mentionner qu’allonger ce délai aurait d’importants avantages économiques et sociaux.

Aux yeux des chercheurs, une meilleure collecte de données, d’autres algorithmes pour intégrer ces données dans des modèles et une capacité de calcul accrue sont tous nécessaires pour améliorer notre compréhension des conditions météo et environnementales initiales, jugent les chercheurs.


Autres contenus:

La disparition des rizières pourrait empirer le réchauffement climatique

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre