Le fernet des Argentins jugé alcool le plus imbuvable au monde

1

Que l’on se soit trempé les lèvres dans la grappa en Italie ou dans le Brennivín en Islande, nos papilles savent que les alcools locaux sont ancrés dans les mœurs à défaut d’être bons au goût. Le critique gastronomique américain Charles Pessy a tout simplement condamné le Fernet Branca bu régulièrement en Argentine comme étant le pire des alcools, rapporte Clarín.

Dans le cadre d’un article pour MarketWatch, le critique gastronomique qui collabore au Wall Street Journal Charles Pessy s’est lancé dans un élan mégalomaniaque en plaçant le Fernet Branca au bas de la liste de tous les alcools de la planète. «Pour moi, prendre un fernet c’est comme boire de la cire à chaussures avec un goût de menthe. Je dois spécifier que je suis un peu injuste envers l’industrie de la cire à chaussures», a-t-il ajouté pour entériner l’absolu de son jugement.

Cette boisson alcoolisée au goût amer aurait vu le jour au 19e siècle en Italie et ce sont les immigrants italiens qui l’ont apporté en Argentine. Selon la compagnie très reconnue qui s’est établie au pays, ce serait dans la province de Córdoba, au début des années 1990, qu’on a commencé à mélanger le fernet avec une boisson gazeuse à saveur de cola. C’est ainsi que le cocktail s’est transformé en breuvage identitaire de cette province.

Le critique Charles Pessy a tout de même reconnu que le fernet est la deuxième liqueur aux herbes la plus vendue au monde, derrière le Jägemeister. À Chicago, une brasserie va lancer une bière à saveur de la boisson obscure du cône sud.


Autres contenus:

Les hommes vivent plus longtemps en Islande et en Norvège

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: Le bon chocolat, une question de science - pieuvre.ca

Répondre