Leonardo Da Vinci était ambidextre

1

À l’occasion du 500e anniversaire du décès de l’artiste et ingénieur florentin, Leonardo Da Vinci, l’Opficio delle pietre dure de la ville de Florence en Italie a confirmé que ce maître de la physionomie et de la technique utilisait ses deux mains, rapporte La Vanguardia le 8 avril.

Après des semaines de recherches en vue de traduire l’analyse pour le 15 avril afin de célébrer le génie de la Renaissance italienne, les experts ont analysé le Paesaggio daté du 5 août 1473, mieux connu par son numéro d’inventaire 8P, considéré par plusieurs comme étant le premier grand dessin de cet esprit universel. «Leonardo est né gaucher, mais a été rééduqué à l’usage de la main droite dès l’enfance», a expliqué l’historienne de l’art Cecilia Frosinini qui a supervisé l’analyse lors de la présentation à la Galleria degli Uffizi de Florence, où se trouve l’œuvre.

À partir de l’observation de ses écrits, incluant les dessins, on constate que sa calligraphie de droitier était soignée, Leonardo Da Vinci savait bien utiliser cette main. Selon le directeur de la Galleria degli Uffizi, Eike Schmidt, les éléments qui ont émergé de ces recherches «ouvrent de nouvelles prospectives sur le dessin 8P et sur comment l’artiste a construit le Paesaggio, sur sa technique et jusqu’à ses pratiques et compétences en écriture, en découvrant qu’il était ambidextre».

L’idée que le génie florentin était peut-être ambidextre est survenue en 2011 lorsqu’on a découvert une signature faite à la main droite dans les archives de l’État de Milan. Cette confirmation s’ajoute à l’effervescence italienne des célébrations à travers le pays en 2019.

À l’origine de l’universalisme, le peintre de Mona Lisa a légué un savoir interdisciplinaire à l’humanité. Conditionner un gaucher à utiliser sa main droite peut-il influencer le déploiement de sa créativité?


Autres contenus:

L’œil et l’oreille sollicités à Bruxelles

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: Le silence, l’ombre et l’écho exposés en Suisse - Pieuvre.ca

Répondre