Les Finlandais conçoivent un nouvel hôpital pour enfants

2

Pour la seconde année d’affilée, la Finlande arrive en tête du classement du bonheur parmi 157 pays, un palmarès publié par l’ONU le 20 mars. À la capitale, Helsinki, le nouvel hôpital pour enfants (HUS) inauguré le 7 septembre 2018 reflète la paix, le soutien social et la générosité.

Situé dans un quartier de la capitale où il y a une concentration d’hôpitaux, l’hôpital pour enfants est un grand projet par ses dimensions, soit 48 000 mètres carrés pour une hauteur de 8 étages. Avec ses 12 salles d’opération et ses chambres pour 150 patients, la superficie de cet édifice est cinq fois moindre que celle du nouveau CHUM. L’hôpital pour enfants d’Helsinki a par ailleurs remporté le prix d’architecture de Finlande 2018 décerné par l’Association finlandaise des architectes (SAFA).

Architecture divisée à l’horizontale en deux sections, les trois premiers étages créent une connexion visuelle à l’échelle des maisons aux alentours, alors que la pleine hauteur du bâtiment s’agence avec les autres édifices hospitaliers. La partie opérationnelle se trouve dans la partie du bas, chapeautée par une terrasse. Éclairés par la lumière naturelle, les étages supérieurs comprennent les salles d’observation et les chambres des patients orientées vers le paysage extérieur.

«L’approche était exceptionnelle. Auparavant, le design des hôpitaux était fait en fonction des besoins des opérations médicales», a affirmé le professeur associé de pédiatrie responsable du design opérationnel, Pekka Lahdenne qui a collaboré avec l’administration, les ingénieurs et les architectes. «Ensemble, nous avons trouvé des solutions joignant les besoins médicaux et le respect des enfants et des familles».

«Si vous prenez une industrie, le design doit servir un seul processus. Cet hôpital comprend 200 processus différents!», affirme Susanna Karlkkinen du groupe d’architectes Reino Koivula. «Notre défi consistait à agencer toutes les parties pour en faire une unité cohérente d’architecture», explique Antti-Matti Siikala de SARC Architectes.

À l’approche de l’hôpital, les familles voient d’abord les couleurs vives plongeant dans la courbe de la façade.

Chez les Moomin

À l’inscription, l’enfant peut choisir un avatar qui l’accompagnera tout au long de son séjour. L’aquarium interactif qui s’étend à la réception du plancher au plafond introduit le thème de la mer et de l’archipel. Chacun des huit étages est un niveau, des fonds marins pour le sous-sol aux étoiles du dernier étage, en passant par la plage au rez-de-chaussée.

Deux personnages des Moomin en réflexion

La créatrice du dessin animé les Moomin, Tove Jansson, a fait don de ses dessins et citations, qui recouvrent des murs entiers et l’intérieur des ascenseurs. Ses histoires traitent de chagrin, de présence, de pardon et d’amitié, et mettent en scène des personnages dans des environnements non identifiés. L’auteure y répète l’idée que le monde ne peut pas toujours être compris. Un sentiment de désespoir pouvant être ressenti par les familles devant la maladie.

Pour accompagner l’effet visuel, les étudiants de l’Université d’Aalto et des chercheurs de l’Université d’Helsinki ont mis au point une ambiance sonore. À la réception, par exemple, le son de la mer enregistré sur l’île Harakka, à Helsinki, change en fonction de la saison et du moment de la journée. «L’environnement sonore est diffusé de façon kaléidoscopique, l’apparence sonique des sons est légèrement différente à chaque fois», explique Antti Ikonen de l’Université Aalto.

Le système de santé de la Finlande est le meilleur et le plus égalitaire au monde, suivi de celui de l’Islande, de la Norvège, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Suisse et de l’Australie, parmi les 188 pays à l’étude du Global Burden of Disease, une démarche financée par la Bill and Melinda Gates Foundation, rapportait Yle Uutiset, le 28 juin 2018.

Soigner un patient aux États-Unis, dont le système de santé est privé, coûte annuellement deux fois et demie plus cher que soigner un patient en Finlande.


Autres contenus:

Le vieillissement: un marché pour les pseudosciences

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

2 commentaires

  1. Pingback: Vaccinons... avant qu'il ne soit trop tard! - pieuvre.ca

  2. Pingback: Les Moomins se retroussent les manches pour protéger la mer Baltique - Pieuvre.ca

Répondre