Mary Queen of Scots: entre l’arbre et l’Écosse

2

Ce n’est pas d’hier que des frictions existent entre l’Angleterre et l’Écosse, et il suffit de regarder Mary Queen of Scots, un drame historique relatant le règne houleux de Mary Stuart et sa rivalité avec sa cousine, la reine Elizabeth, pour s’en convaincre.

Née en 1542, Mary Stuart a connu un destin tragique. Nommée Reine d’Écosse alors qu’elle n’avait que six jours à peine, différents régents s’occupent de son royaume pendant qu’elle grandit en France, où elle épouse le Roi François II. Suite au décès de son mari, elle revient dans son pays à l’âge de 19 ans. Comme elle a également des visées sur le trône britannique, elle devient rapidement une menace pour sa cousine Elizabeth, et une étrange compétition s’installe entre les deux femmes pour savoir laquelle accouchera d’un héritier en premier. Lorsque Mary tombe enceinte, la Reine d’Angleterre, loin de s’avouer vaincue, utilisera son influence pour pousser la population écossaise à la révolte et trahie de toutes parts, Stuart devra s’exiler, avant d’être exécutée en 1587 sur les ordres de sa cousine.

La pochette du boîtier

Se déroulant au 16ème siècle, Mary Queen of Scots nous replonge au cœur des tractations politiques entre l’Angleterre et l’Écosse. Au-delà des mariages arrangés, des intrigues de cour et des chicanes de familles royales, la particularité de ce drame historique est de personnifier le conflit larvé opposant deux pays (et deux religions) à travers Mary Stuart et sa cousine Elizabeth, des femmes d’exception qui régnaient à une époque où le pouvoir était exclusivement une affaire d’hommes. Si cette approche apporte une certaine dimension féministe au scénario et permet d’aborder de front le sexisme de ces années-là, le film prend cependant quelques libertés avec les faits, allant jusqu’à imaginer une rencontre entre les deux Reines qui, selon la majorité des historiens, n’a jamais eu lieu.

Image tirée du film

Altière et affichant une dignité et une détermination royale, Saoirse Ronan (que la plupart ont découvert dans Hannah alors qu’elle n’avait que seize ans) est la grande vedette de Mary Queen of Scots, et il est surprenant que son incroyable performance dans le rôle de Mary Stuart ne lui ait pas valu de nomination aux Oscars. Avec son visage ravagé par la variole, Margot Robbie livre une Elizabeth intense et torturée, qui évoque une version réaliste de la Reine rouge d’Alice aux pays des merveilles. Guy Pearce incarne William Cecil, un conseiller de la couronne britannique, et David Tennant, l’acteur chouchou de la série Doctor Who, semble un peu sous-utilisé dans le personnage de John Knox, un pasteur protestant à la longue barbe hirsute qui mènera la révolte contre la reine d’Écosse.

La réalisation de Josie Rourke, dont c’est le premier long-métrage, est à la fois classique et élégante, et sa reconstitution d’époque, avec ses soirées à la cour, ses robes contraignantes et ses coiffures élaborées, est parfaite. Rourke se sert des montagnes verdoyantes d’Écosse ou des châteaux anciens pour insérer de véritables cartes postales à travers son montage, ainsi qu’une touche de sensualité, appuyée par une trame sonore sublime qui n’est pas sans rappeler le travail du compositeur Michael Nyman. En dehors d’un rythme un peu lent, le seul reproche technique qu’on puisse adresser à Mary Queen of Scots est de faire fi des marqueurs de temps : un bébé dans une scène sera soudainement un jeune garçon dans la suivante par exemple, sans qu’aucune information à l’écran n’informe du changement d’époque, ce qui crée une certaine confusion.

Image tirée du film

L’édition Blu-ray de Mary Queen of Scots inclut aussi un code pour télécharger une copie numérique du long-métrage. On retrouve une piste de commentaires livrée par la réalisatrice Josie Rourke et le compositeur Max Richter sur le disque, ainsi que trois courtes revuettes. Dans la première, Saoirse Ronan et Margot Robbie évoquent leur rencontre, ainsi que celle des deux personnages mythiques qu’elles interprètent. La seconde explore la situation des femmes au 16e siècle, et la dernière se consacre au groupe de servantes qui suivent continuellement la Reine d’Écosse dans le film.

Relatant les tensions religieuses et politiques dans l’Écosse du 16e siècle, Mary Queen of Scots aurait pu présenter bien peu d’intérêt pour les cinéphiles d’aujourd’hui, mais grâce à un magistral jeu d’actrices, cette lutte de pouvoir au féminin saura captiver un public plus large que les simples férus d’Histoire.

6,5/10

Mary Queen of Scots

Réalisation : Josie Rourke

Scénario : Beau Willimon (d’après le livre de John Guy)

Avec : Saoirse Ronan, Margot Robbie, Jack Lowden, Joe Alwyn, Guy Pearce et David Tennant

Durée : 123 minutes

Format : Blu-ray

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Du skate et du cabotinage d’été à voir chez soi

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique Mary Queen of Scots - Patrick Robert

  2. Pingback: The Crimes of Grindelwald, ou la généalogie du mal

Répondre