Les goûts pornos de l’un, les troubles alimentaires de l’autre

Une femme dont le petit ami ou le conjoint regarde régulièrement de la pornographie est plus à risque de signaler des symptômes de déséquilibre alimentaire, révèle une nouvelle étude.