Les vaisseaux spatiaux MarCO ne répondent plus

3

Avant le lancement des sondes spatiales de petites tailles surnommées MarCO, l’an dernier, le succès de leur mission était mesurée par la notion de survie: si les deux engins pouvaient fonctionner dans l’espace profond, ils repousseraient les limites de la technologie expérimentale.

Après avoir dépassé Mars, les deux engins siamois semblent avoir atteint leur limite. Voilà plus d’un mois que les ingénieurs ont eu des nouvelles de MarCO, qui ont suivi la sonde InSight, de la NASA, qui se dirigeait vers la Planète rouge. Pour l’instant, l’équipe chargée de la mission doute fortement pouvoir recontacter les deux engins spatiaux.

MarCO, le petit nom de Mars Cube One, était la première mission interplanétaire à utiliser un type de satellites appelés CubeSats. Les deux engins, surnommés EVE et Wall-E, du nom des personnages du film de Pixar, ont servi de relais pour établir les communications lors de la descente d’InSight sur Mars, renvoyant des données sur Terre à chaque étape de l’atterrissage sur la Planète rouge, et ce pratiquement en temps réel. Wall-E a aussi renvoyé des photos de Mars, tandis qu’EVE effectuait des expériences radio.

Tout cela a été accompli à l’aide d’une technologie expérimentale qui a coûté une fraction du prix de la plupart des missions spatiales: 18,5 millions de dollars, fournis par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie, qui a également construit les CubeSats.

Le dernier message de Wall-E date du 29 décembre; celui d’EVE, du 4 janvier. En fonction des calculs de leur trajectoire, le premier engin spatial se trouve à 1,6 million de kilomètres de Mars, et le deuxième, à plus de 3,2 millions de kilomètres de la Planète rouge.

L’équipe responsable de la mission avance plusieurs théories expliquant l’impossibilité d’entrer en contact avec les deux petites sondes spatiales. Wall-E possède un propulseur qui fuit. Des problèmes de contrôle d’altitude pourrait entraîner une oscillation et les empêcher d’envoyer et de recevoir des commandes. Les senseurs de luminosité qui permettent aux CubeSats de demeurer pointés vers le Soleil et recharger leurs accumulateurs pourraient aussi être un facteur de dysfonctionnement. Les engins MarCO sont en orbite autour du Soleil et vont continuer de s’éloigner avec le temps. Plus ils seront distants de notre planète, plus ils devront être précis lorsque vient le temps de pointer leurs antennes pour communiquer avec la Terre.

Les petits satellites ne recommenceront à se rapprocher du soleil qu’à l’été prochain. L’équipe tentera de reprendre contact avec les CubeSats à ce moment-là, bien que personne ne soit en mesure de prévoir si les piles et d’autres équipements seront toujours fonctionnels.

Et même si les petits satellites ne donnent plus jamais signe de vie, l’équipe estime que la mission est un succès retentissant.

« L’idée a toujours été de repousser les limites de la technologie miniaturisée et de voir jusqu’où nous pouvions aller », mentionne Andy Klesh, l’ingénieur en chef de la mission. « Nous avons débroussaillé le terrain. Les prochains CubeSats pourraient aller encore plus loin. »

Certaines pièces de rechange essentielles seront utilisées pour d’autres missions similaires. Cela comprend les radios, antennes et systèmes de propulsions expérimentaux. Plusieurs de ces systèmes ont été fournis par des développeurs privés, ce qui facilitera leur utilisation par d’autres CubeSats.

D’autres engins spatiaux miniaturisés sont en route. La NASA doit en lancer d’ici les prochaines années.

« Il y a beaucoup de potentiel dans ces petits engins », soutient John Baker, responsable du programme MarCO à la NASA. « Les CubeSats, qui font partie d’un groupe plus importants d’engins spatiaux appelés SmallSats, sont une nouvelle plateforme d’exploration spatiale dont le coût la rend abordable non seulement pour les gouvernements, mais aussi pour d’autres entreprises. »


Autres contenus:

Une collision cataclysmique qui rend la vie possible sur Terre

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

3 commentaires

  1. Pingback: La Terre vue par l’autre côté

  2. Pingback: Opportunity n’est plus

  3. Pingback: La théorie de la « Planète 9 » reçoit un nouveau coup de pouce

Répondre