Malgré les pénuries, la SQDC a vendu le tiers du cannabis légal au pays

La Société québécoise du cannabis (SQDC) trace un bilan en demi-teinte de ses trois premiers mois d’activité, soit depuis la légalisation du cannabis à des fins récréatives. Si ce sont les pénuries qui ont marqué l’opinion publique, avec ces images de comptoirs vides et des heures d’ouverture réduites, l’organisation, elle, affirme avoir engrangé des revenus de 40 millions de dollars.