Miscreated: qu’allions-nous faire dans cette galère?

1

Jeu indépendant. De survie. Multijoueurs. En accès anticipé. Avec des zombies pour faire bonne figure. Les gens de chez Entrada Interactive tentent de se démarquer dans un marché de plus en plus saturé avec Miscreated, en version « officielle » depuis la mi-décembre, mais le résultat est peu ou pas intéressant.

Dans une région désertique – c’est toujours une région désertique –, après le déclenchement de l’apocalypse – c’est toujours après le déclenchement de l’apocalypse –, le joueur est amené à survivre en fouillant les maisons et véhicules abandonnés, en trouvant de quoi se sustenter, ainsi qu’en combattant divers monstres.

L’idée n’est fondamentalement pas mauvaise, d’autant plus que les développeurs ont consacré, semble-t-il, bien des heures à perfectionner leur titre pour en assurer l’intérêt. Malheureusement, rien ne permet vraiment de séparer Miscreated de pratiquement n’importe quel autre jeu du même acabit. Après tout, en offrant un jeu où l’objectif est simplement de survivre, et où les joueurs devront bien entendu s’assurer de trouver de l’eau potable et de la nourriture pour demeurer en vie, on évite de devoir consacrer du temps à créer un semblant de scénario. Il suffit d’éparpiller des ressources, de forcer les participants à courir de ci, de là, histoire de trouver le strict minimum pour rester en vie, et hop!, voici un jeu à mettre en vente sur Steam.

Miscreated ne fait pas pire que d’autres jeux. Bon, il ne fait pas mieux non plus, et c’est là le problème de tout ce sous-genre de jeux de survie. Non, débuter une partie dans un monde hostile sans disposer ne serait-ce que d’un outil et d’un sac à dos n’est ni agréable, ni intéressant. Au moins, The Forest avait la bonne idée de nous fournir une hachette pour couper des arbres et se défendre contre les bêtes sauvages. Ici, on erre comme des âmes en peine, en croisant parfois d’autres joueurs, parfois des zombies ou des mutants. Et si l’un de ces monstres décident de vous attaquer sans que vous n’ayez d’arme sous la main, la partie est terminée.

Ironiquement, c’est une mauvaise traduction dans le jeu qui résume bien l’expérience de Miscreated: en fouillant dans l’un des nombreux récipients vides répartis dans une maison tout aussi désertique, la phrase « nothing of worth has been found » s’affiche à l’écran. Cela résume tout à fait le titre.

Miscreated

Développeur et éditeur: Entrada Interactive

Plateforme: Windows

Jeu uniquement disponible en anglais


Autres contenus:

Override: Mech City Brawl, la baston robotique

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Rétroctopode – Les aventures numériques de Tron 2.0

Répondre