The Nun: résister à la noire soeur

2

En raison d’un scénario convenu et d’un lien volontairement ambigu avec l’univers de The Conjuring, le « spin off » The Nun, maintenant disponible en Blu-ray, DVD, et vidéo sur demande, s’avère malheureusement inférieur à l’excellente franchise dont il est issu.

En 1952, à l’abbaye de Saint Carta en Roumanie, une jeune nonne commet un grave péché en se suicidant pour échapper à une entité maléfique hantant le couvent. Le Vatican envoie sur place le père Anthony Burke, un « chasseur de miracles », afin de faire toute la lumière sur l’incident. Accompagné de sœur Irene, une novice n’ayant pas encore prononcé ses vœux, il découvre que le bâtiment, considéré comme maudit par la population locale, abrite un portail reliant directement l’enfer au monde des hommes, un portail que seules les prières des religieuses ont su garder fermé durant des siècles, mais maintenant que la dernière d’entre elles s’est pendue, qui pourra empêcher le démon Valak de se libérer, et de déferler sur la Terre?

La pochette du boîtier

Tout au long de The Conjuring 2, on pouvait voir Ed et Lorraine Warren, les célèbres enquêteurs paranormaux, assaillis par des visions d’une religieuse démoniaque. The Nun se veut en quelque sorte l’histoire d’origine de cette créature infernale, mais le long-métrage n’explique jamais comment, ni pourquoi, le démon Valak a pris cette forme pour terroriser les mortels. Pire, le scénario laisse sous-entendre que sœur Irene pourrait bien être une jeune Lorraine Warren (une impression renforcée par le fait que Taissa Farmiga, la sœur da la comédienne jouant Lorraine Warren dans The Conjuring, interprète le personnage), mais puisque ça créerait des problèmes de continuité avec le reste de l’univers, les auteurs ont préféré entretenir l’ambigüité sur ce point.

Corin Hardy délaisse la facture de film d’horreur des années 1970 qui caractérisait la franchise jusqu’à maintenant en faveur d’une esthétique gothique, proche des vieilles productions Hammer. Même si le drame prend place dans un couvent roumain, le réalisateur beurre épais du côté de l’iconographie religieuse, avec ses cornettes, ses soutanes, et des crucifix, des crucifix, et encore des crucifix. The Nun utilise un peu plus de gore et de violence graphique, mais le cinéaste manie moins bien la tension, et le long-métrage ne fait pas vraiment sursauter. Même la nonne démoniaque semble moins lugubre, et paradoxalement, bien qu’elle soit la « vedette » du film, on la verra presque moins ici que dans The Conjuring 2.

Image tirée du film

À l’exception de Taissa Farmiga (American Horror Story, The Final Girls), dont la sœur Irene est naturelle et convaincante, et de Bonnie Aarons, qui reprend le rôle de la sinistre religieuse avec autant d’aplomb, les performances dans The Nun sont correctes, mais sans éclat. Dans la catégorie comédien-qu’on-engage-quand-on-ne-peut-se-payer-Gabriel-Byrne, Demián Bichir reste dans le même registre que tous les acteurs ayant joué des exorcistes au cinéma avec son personnage de prêtre peu expressif tourmenté par son passé. Le Belge Jonas Bloquet interprète Maurice Thériault alias Frenchie, un Canadien-Français dont on se demande bien ce qu’il fout en Roumanie, et dont le personnage apparaissait brièvement dans le premier Conjuring.

L’édition Combo Pack de The Nun permet d’écouter le film sur à peu près toutes les plateformes existantes, puisqu’il comprend un Blu-ray, un DVD, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique. On trouve sept scènes coupées du montage du côté du matériel supplémentaire, une revuette où les scénaristes, le réalisateur et quelques-uns des comédiens parlent de l’icône qu’est devenue la religieuse de la franchise, une autre où Corin Hardy nous fait visiter les lieux de tournage en Transylvanie, et finalement un court document résumant la chronologie de l’univers de The Conjuring et de ses spin off.

En s’éloignant de la vraie histoire (et des vraies enquêtes) d’Ed et de Lorraine Warren pour présenter un scénario truffé de clichés et de lieux communs, The Nun ajoute bien peu à l’univers de The Conjuring, à part une dose d’ambigüité qui risque de décevoir les amateurs de la franchise.

5.5/10

The Nun

Réalisation : Corin Hardy

Scénario : Gary Dauberman et James Wan

Avec : Demián Bichir, Taissa Farmiga, Jonas Bloquet, Bonnie Aarons, Patrick Wilson et Vera Farmiga

Durée : 96 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Autres contenus:

Rembobinage #05: Drive

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique The Nun - Patrick Robert

  2. Pingback: Bandersnatch, le film dont vous êtes le héros

Répondre