Il y a 6000 ans, nos ancêtres savaient (relativement) bien cuisiner

1

Une équipe de chercheurs appartenant à plusieurs centres scientifiques allemands, dont l’Institut Max Planck de biologie cellulaire moléculaire et de génétique, a découvert des preuves suggérant que les peuples du mésolithique mangeaient bien mieux que ce que l’on croyait.

Dans une étude publiée en accès libre sur la plateforme PLOS ONE, le groupe décrit leur étude de restes de nourritures retrouvés dans un bol dont l’origine est approximativement datée de l’an 4300 avant notre ère.

Plusieurs films et séries télévisées ont laissé entendre que les gens vivant à l’époque du mésolithique étaient brutaux et peu développés – mangeant des morceaux de viande découpés d’un animal et lancés dans le feu, par exemple. Mais dans le cadre de ces nouveaux travaux, les chercheurs rapportent des preuves selon lesquelles les hommes vivant à cette époque dans ce qui est aujourd’hui l’Allemagne possédaient des talents culinaires n’ayant rien à envier aux humains modernes.

Les scientifiques ont établi ces conclusions en analysant un pot en terre cuite retrouvé sur un site archéologique appelé Friesack 4, située dans la région de Brandebourg. Des tests de datation au carbone ont révélé que le pot était vieux d’environ 6300 ans.

Au cours de leurs travaux, les chercheurs se sont concentrés sur des résidus trouvés dans le pot: des restes d’un repas cuit et mangé il y a belle lurette. Ils ont ainsi cherché des protéines, plutôt que des isotopes, puisque de recherches découvertes portaient à croire que celles-ci pouvaient s’avérer plus précises.

On a ainsi trouvé des oeufs de poisson qui étaient frais au moment d’être cuits, ainsi que des traces de bouillon de poisson, ce qui porte à croire que les cuisiniers du mésolithique avaient fait bouillir les oeufs dans le bouillon avant de les manger. Mais il y a plus: les chercheurs ont aussi trouvé des traces d’une croûte faite d’un matériau organique sur le tour du bol.

Un examen au microscope électronique a révélé qu’il s’agissait d’un genre de plantes. Et donc, le cuisinier préhistorique a fait bouillir des oeufs dans un bouillon de poisson et avait recouvert le tout de feuilles pour améliorer la cuisson, ou encore pour des questions de goût.

Combinées, ces découvertes laissent entendre que les peuples du mésolithique possédaient des connaissances culinaires bien plus développées que ce qui était estimé auparavant – le caviar poêlé est habituellement réservé aux grands restaurants.


Autres contenus:

Faut-il taxer la viande?

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Un commentaire

  1. Pingback: Faut-il contacter les tribus isolées?

Répondre