Des livraisons à la sécurité, Singapour mise sur les drones

1

La ville-État de Singapour, déjà très portée sur la technologie, prévoit déployer une flotte de drones pour accomplir des tâches comprenant la livraison de colis, l’inspection de bâtiments et l’encadrement sécuritaire, mais des questions en matière de sécurité publique et de protection de la vie privée pourraient compliquer les choses.

Des entreprises ont déjà entamé des tests à des fins commerciales, principalement dans une zone de deux kilomètres carrés comprenant un grand nombre de gratte-ciels et de centres commerciaux, particulièrement désigné par le gouvernement à des fins de développement.

Il s’agit de l’une des avenues choisies par la métropole pour favoriser l’innovation technologique, en plus du choix effectué pour s’attaquer au manque de main-d’oeuvre dans ce petit pays d’à peine 5,6 millions de résidents, qui s’appuie sur les travailleurs migrants dans plusieurs secteurs peu rémunérés de l’économie.

L’utilisation commerciale de véhicules aériens sans pilotes gagne déjà en popularité à travers le monde, dans des domaines aussi diversifiés que l’épandage de semences à l’évaluation de réclamations d’assurance, mais l’annonce de Singapour représente un pari ambitieux sur cette technologie.

Et la sécurité?

Le vol récréatif de drones est populaire à Singapour, bien que des permis soient nécessaires dans certaines circonstances.

Mais les drones commerciaux représentent des défis supplémentaires lorsqu’il est question de sécurité publique, puisqu’ils volent habituellement sur de plus longues distances, bien au-delà du champ de vision des « pilotes » humains.

Cela nécessite la planification des vols et l’utilisation de canaux de communication privés, ainsi que la construction de sites de décollage et d’atterrissage.

« Le principal problème consiste à éviter les risques pour les gens se trouvant au sol et pour les avions dans les airs, en plus des risques de collision avec des bâtiments », explique Teong Soo Soon, directeur de programmes de la division des véhicules aériens sans pilote chez ST Aerospace.

Ainsi, pour la livraison de colis à travers Singapour, il pourrait s’écouler de trois à quatre ans pour que les normes nécessaires soient mises en place, a précisé M. Teong.


Autres contenus:

Où l’on va définit notre identité – et vice-versa

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Un commentaire

  1. Pingback: Les drones livreurs d’Amazon se font toujours attendre

Répondre