Passagers et le voyage circassien

0

Poésie, bonheur et nostalgie, joie mêlée de tristesse, enthousiasme ou réserve face à la nouveauté… les sentiments que suscitent les voyages en train sont souvent contradictoires.

Assis dans son wagon, le voyageur passif se cale à la respiration du train et au rythme des rails sur lesquels il s’en va pour un ailleurs, fait de rencontres et de découvertes, loin d’un monde qu’il veut quitter mais qu’il sera heureux de retrouver à son retour.

Dans Passagers, les 7 doigts proposent de nouveau un magnifique spectacle qui se décline sur le thème du voyage en train. Toutes les émotions du voyage sont transposées dans des numéros de cirque mais aussi par des chorégraphies, quelques chansons, des remarques sur le temps et les sentiments des voyageurs, le tout agrémenté de très belles vidéos et d’une trame musicale excellente et toujours bien choisie. Le spectacle d’une heure trente est riche, varié, drôle, tendre, émouvant, joyeux, sujet à réflexion et exécuté avec brio.

Sous la direction de Shana Carroll, les huit artistes circassiens de Passagers nous tiennent en haleine d’un bout à l’autre du spectacle, faisant se succéder des numéros de cirque classique impeccablement exécutés et toujours avec une pointe d’humour – acrobaties au sol ou aérienne, hulahoop, contorsions, jonglerie, trapèze, mat chinois, tissus, funambulisme… – mais qui ne constituent pas le seul spectacle à apprécier car, pendant que l’un ou l’autre des artistes s’exécute, les autres s’agitent, dansent, participent à la mise en scène. Aussi faut-il avoir les yeux partout, même sur les différents écrans où se projettent des images toujours en relation avec ce qui se passe sur scène.

Une frise horizontale au plafond, semblable à celles que l’on rencontre dans certaines gares de chemin de fer, sert d’écran et donne aux vidéos un aspect semi abstrait. Mais le fond de scène est aussi un écran géant où défilent des paysages, des images étranges du genre de celles que l’on aperçoit de la fenêtre des trains qui traversent des villes inconnues. D’autres écrans plus petits sont amenés sur scène pour certains numéros et reflètent le visage rêveur du voyageur qui attend d’arriver à destination sans trop savoir quoi faire. Tout est organisé pour évoquer les différentes façons de voyager, avec valises ou sac à dos, seul ou en couple… et la manière dont on occupe son temps pendant la durée du transport, les attentes sur le quai ou l’arrivée à l’hôtel.

Un voyage en train nous fait nous déplacer dans l’espace, mais c’est aussi un voyage dans le temps. La compagnie Les 7 doigts multiplie les références au voyage pour faire de Passagers un spectacle multidisciplinaire, multisensoriel et même objet de réflexion.

Passagers du 14 novembre au 5 janvier 2018 à La Tohu

Les 7 doigts

Direction et chorégraphie Shana Carroll

Assistante à la direction artistique Isabelle Chassé

Avec Sereno Aguilar, Freya Wild, Louis Joyal, Conor Wild, Maude Parent, Samuel Renaud, Brin Schoellkopf, Sabine Van Rensburg


Autres contenus:

Perplex(e), le théâtre tout juste assez absurde

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Répondre