Désinformation: la nébuleuse des sites douteux

Un Français qui gère à lui seul plus d’une trentaine de sites de désinformation. Un Américain qui en gère une cinquantaine. Et dans les deux cas, beaucoup d’informations absurdes en santé.