Space Hulk: Tactics – La stratégie des gros bras

1

Adapté du jeu de plateau Space Hulk, Tactics propose une expérience de stratégie au tour à tour difficile d’approche, qui s’adresse principalement aux inconditionnels de la franchise Warhammer 40,000 et des jeux de stratégie.

Avec sa croisade futuriste prenant place au 41e siècle, ses démons hideux menaçant l’humanité, ses vaisseaux-cathédrales flottant dans l’espace, ses inquisiteurs-soldats dotés de cous aussi larges qu’une cuisse et son esthétique mélangeant habilement le médiéval et la science-fiction, il n’est pas étonnant que l’univers de Warhammer 40k ait donné naissance à une aussi grande quantité de jeux vidéo à travers les années, et après les jeux de tir ou les action-RPG, la franchise se tourne maintenant vers une expérience de stratégie au tour à tour des plus classique, avec Space Hulk: Tactics.

Image tirée du jeu

À l’exception de son utilisation de la mythologie et de l’esthétique de Warhammer 40,000, Space Hulk: Tactics est un jeu plutôt générique. Dans une vue isométrique au-dessus de l’action, la carte se divise en tuiles individuelles. On forme nos équipes à partir d’une variété de soldats possédant différentes spécialités. Chacune de nos unités sur le terrain dispose de quatre points d’actions, qui servent pour les déplacements, les attaques, ou l’interaction avec les objets. Un système de cartes complexe donne accès à des habiletés spéciales, et permet de convertir certaines cartes en points d’action supplémentaires. Dans le but de dynamiser un peu la formule, le titre bascule dans une vue subjective à la première personne lors des combats.

La majorité des missions prend place à bord de vaisseaux spatiaux. Bien que l’on contrôle la rotation de la caméra et que l’on puisse facilement passer de la vue isométrique à une vue subjective en appuyant sur une flèche du pavé numérique, l’écran dans Space Hulk: Tactics est encombré par les éléments de l’interface (icône de chaque soldat, messages d‘information, mini carte, etc.). Il faut donc un certain temps pour se retrouver et situer ses unités dans ce fouillis visuel. Pire, les contrôles ne sont pas particulièrement intuitifs sur console, et il faut appuyer le tampon de gauche pour accéder à un menu complet des ordres disponibles, et naviguer entre les différentes options.

Image tirée du jeu

Au moins, Space Hulk: Tactics en donne pour son argent, en fournissant non pas une, mais bien deux campagnes distinctes, soit celle des Blood Angels, une faction de soldats-inquisiteurs, et celle des monstrueux extraterrestres appelés Genestealers. Cette approche ajoute non seulement de la longévité au titre, mais également une bonne dose de variété, puisque les deux groupes possèdent des habiletés et des styles de jeux bien différents. Le titre offre également une option pour lancer une partie rapide, et compte un mode escarmouche permettant de se mesurer à d’autres joueurs en chair et en os, ainsi qu’un éditeur de mission pour fabriquer ses propres aventures et télécharger celles des autres.

Space Hulk: Tactics n’est pas mauvais, mais comme les contrôles de la version console sont loin de l’élégance et de la fluidité d’un XCOM: Ennemy Unknown, le titre ne risque pas de convertir de nouveaux adeptes aux jeux de stratégie au tour à tour. Au final, il s’agit d’une expérience qui est probablement mieux servie avec un clavier et une souris qu’avec une manette.

6/10

Space Hulk: Tactics

Développeur : Cyanide Studio

Éditeur : Focus Home Interactive

Plateformes : PS4, Windows, Xbox One (testé sur Xbox One)

Jeu disponible en anglais seulement


Autres contenus:

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test Space Hulk: Tactics - Patrick Robert

Répondre