60 Parsecs!, ou quand la survie ne tient qu’à un fil

1

Aurez-vous assez de 60 secondes pour garantir la survie de votre équipage? Après la parution, justement, du précédent titre 60 Seconds!, voilà que les développeurs du studio Robot Gentleman adaptent leur concept: finie la survie dans un bunker souterrain, place à la survie dans l’espace!

Le concept est relativement simple: le joueur dispose, en début de partie, d’à peine 60 secondes pour amasser le plus d’objets et de membres d’équipage possible avant de fuir l’inéluctable apocalypse nucléaire. Sur Terre, la Troisième Guerre mondiale vient d’éclater,  et la conflagration subséquente détruira la station spatiale qui orbite autour de notre planète. La fuite est donc la seule option.

Le problème, c’est que 60 secondes, c’est bien peu, et qu’il sera forcément impossible de tout emporter. Faut-il prioriser la nourriture? S’assurer que tous les membres d’équipage soient bien installés à bord avant de fuir? Ou plutôt tenter notre chance et espérer pouvoir trouver des ressources dans l’immensité galactique?

Une fois la capsule de sauvetage éjectée – ou est-ce une navette? –, les survivants devront résoudre des problèmes, généralement des situations nécessitant de choisir entre deux, voire davantage d’options. C’est d’ailleurs là que les divers objets et les traits de personnalité des membres d’équipage entreront en ligne de compte. Car s’il est toujours possible de s’en tirer in extremis sur un coup de dé, amasser le plus de matériel possible avant de fuir la station est garant d’une partie qui durera plus longtemps.

Car ne nous leurrons pas: 60 Parsecs! est difficile. Très difficile, même. Pas que les dilemmes et les questions auxquelles il faut répondre soient complexes; le titre donne plutôt dans ce que l’on pourrait décrire comme des « simulateurs de misérabilisme ». Dans ces jeux où rien ne fonctionne comme prévu, et où le joueur en vient à gérer le lent déclin de ses ouailles sans qu’il soit véritablement possible de renverser la vapeur.

La difficulté ne découle alors pas des mauvaises décisions du joueur, ou encore de son inexpérience, mais plutôt des contraintes artificielles imposées par les développeurs. Le genre a ses partisans, bien sûr, mais jouer à 60 Parsecs! est un exercice bien souvent frustrant. Malgré l’humour, malgré le style visuel franchement intéressant, on en vient à voir son équipage être entièrement décimé par un nuage de produits toxiques ayant outrepassé les filtres de la navette… Alors même que tout le monde se mourrait de faim, que le capitaine était malade et que des extraterrestres venaient de saccager le peu de matériel qu’il avait été possible de sauver d’une Terre en perdition.

À essayer pour les passionnés, bref, mais avec un gros astérisque à placer à droite du nom.

60 Parsecs!

Développeur et éditeur: Robot Gentleman

Plateforme: Windows

Jeu disponible en français


Autres contenus:

Hypergun revisité: aimer se faire mal

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Le Canada, pays de joueurs de jeux vidéo

Répondre