Les États-Unis cessent d’offrir des visas aux partenaires de même sexe des diplomates

0

The Guardian

Les États-Unis n’émettront plus de visas à l’intention des partenaires de même sexe des diplomates et du personnel des Nations unies qui vivent au pays, en vertu d’une nouvelle politique entrée en vigueur cette semaine.

Les conjoints de même sexe – à l’image des conjoints de sexe opposé – pourront toujours entrer aux États-Unis, mais il est encore illégal, dans la plupart des pays du monde, de se marier avec un conjoint homosexuel.

Une note d’information transmise au personnel du siège des Nations unies, à New York, détaille la nouvelle politique, qui est entrée en vigueur lundi; on peut y lire que les couples doivent être mariés pour pouvoir obtenir un visa.

Depuis 2009, les partenaires hétérosexuels ne pouvaient pas obtenir de visas. La secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, a par la suite permis que les partenaires de même sexe des diplomates et du personnel étranger puissent accompagner leur douce moitié aux États-Unis.

« Inutilement cruel et discriminatoire », a déclaré l’ancienne ambassadrice aux Nations unies Samantha Power sur Twitter. « Les partenaires de même sexe devront être mariés pour obtenir un visa, mais seulement 12% des États membres de l’ONU permettent le mariage gai. »

Les partenaires qui se trouvent déjà aux États-Unis peuvent s’y marier. Mais les couples qui agissent de la sorte risquent d’être punis dans leur pays d’origine si l’homosexualité y est illégale, dénoncent des défenseurs des droits de la personne.

Ceux qui ne fourniront pas de preuve de mariage d’ici au 31 décembre devront quitter le pays dans les 30 jours, précise la note d’information. Et les partenaires qui ne sont pas mariés et qui ne se trouvent pas déjà aux États-Unis ne pourront obtenir de visa pour s’y rendre.

« Effet insidieux »

Le mariage gai n’est légal que dans 25 pays, y compris aux États-Unis, selon Human Rights Watch. L’homosexualité est illégale dans 75 pays.

« Cela aura un effet insidieux sur les couples homosexuels provenant de pays qui interdisent le mariage homosexuel, ou qui ne permettent que les unions civiles », a indiqué le directeur adjoint d’Human Rights Watch pour les Nations unies, Akshaya Kumar.

« Le gouvernement américain devrait reconnaître, comme il l’a fait pendant près de neuf ans, jusqu’à aujourd’hui, qu’exiger un mariage comme preuve officielle d’une relation est une politique mauvaise et cruelle, une politique qui copie l’horrible discrimination à laquelle bien des membres de la communauté LGBT doivent faire face dans leur propre pays, et devrait immédiatement être annulée. »

Une exception pour la politique s’applique aux partenaires de même sexe de diplomates provenant de pays qui ne reconnaissent pas le mariage gai, mais qui offrent une accréditation aux conjoints de même sexe pour les diplomates américains. Cette exception ne s’appliquera qu’aux diplomates, non pas aux employés de l’ONU ou aux autres travailleurs d’autres organisations internationales.

« Le changement de la politique permet d’assurer un traitement égal entre les partenaires de sexe opposé et les partenaires de même sexe », a confié un responsable du département d’État à CNN.


Autres contenus:

L’accusatrice de Kavanaugh maintient sa version, il s’emporte et dénonce une « conspiration » démocrate

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca